Objets associés au mot-clé : Liste Lévesque
Articles associés
Eucharia festiva (Hufnagel, 1766)
Ecaille rose

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de mai à juin puis en octobre en deux générations. Chenille sur euphorbia, etc. Elle est visible en avril. Répandu sur les terrains calcaires de la zone, mais jamais en grande abondance.

  • Deux-Sèvres : Niort, assez commun en mai, 3 ex. le 20/10/1905. Le rose des ailes postérieures est plus ou moins vif. Les deux bandes noires transverses du milieu des ailes antérieures sont plus ou moins larges et confluentes ; la bande médiane des ailes inférieures est complète ou simplement indiquée par un trait s’appuyant sur le bord antérieur (Gelin).
  • Charente-Maritime : Assez commun à Dompierre (Vigé) ; Royan (B. et S.) ; La Rochelle (Gelin) ; Rochefort (Delav.).

Etat des connaissances en 1932 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Supplément 1932 au Catalogue des Lépidoptères de l’ouest Atlantique :

  • Deux-Sèvres : Introuvable depuis certaines années.
  • Charente-Maritime : Saint-Martin de la Coudre, 17/05/1931 (Lacroix).

Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

L’Ecaille rose. Eurasiatique. Presque toute l’Europe sauf le nord. Sud de la France, espèce en régression. Fréquente les pelouses rocailleuses bien exposées. Espèce univoltine en IV-VII. Chenille sur de nombreuses plantes basses.

I. Répandu sur les terrains calcaires de la zone, mais jamais en grande abondance. Introuvable depuis certaines années (HG 1932).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Eucharia festiva (Hufnagel, 1766)
Fabricianna niobe (Linnaeus, 1758)
Chiffre

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de juin à août. Chenille sur viola, plantago. Elle est visible de mai à juin. Espèce des Pyrénées et du Plateau central, dont la var. eris Meig, (taches du dessous sans reflet nacré), a été prise dans la Forêt de la Braconne (16) par M. Dupuy.


Etat des connaissances en 1983 - Levesque Robert - Supplément au Catalogue des Lépidoptères de l’ouest Atlantique :

Dans une note parue dans le fascicule 7, tome VI, d’Alexanor, j’ai présenté la forme niobe eris (centre-ouest) que l’on trouve dans la vallée de l’Osme (sud des Deux-Sèvres, nord de la Charente et de la Charente-Maritime).

Très localisé, abondant sur ses places. Je l’ai rencontré à quelques kilomètres de la Forêt de Chizé, mais jamais dans cette forêt. Les coupes faites dans celle-ci sont très favorables à la croissance des violettes, plantes nourricières de sa chenille, ce qui devrait permettre une extension rapide. Signalée en Forêt de la Braconne par Dupuy, cette espèce semble gagner vers le nord par les chaumes et les petits bois de la vallée de l’Osme depuis une quarantaine d’années.


Etat des connaissances au 31/12/2008 (Atlas des Lépidoptères Rhopalocères du Poitou-Charentes - Poitou-Charentes Nature)

Etat des connaissances au 31122008 {JPEG}

Statut : déterminance P-C (espèce localisée et en forte régression à l’échelle régionale).


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

Le Chiffre. Espèce assez répandue en Europe centrale et méridionale, absente de Grande-Bretagne, du nord et du centre de la Scandinavie et de la plupart des régions basses du nord-ouest de l’Europe, en fort déclin. En France, cette espèce a fortement décliné, en particulier dans la moitié nord. Fréquente les prairies et bois clairs, lisières et clairières des bois et forêts. Espèce univoltine en VI-VII. Chenille sur Viola, Rubus.

I. Boisserolles 06/07/1975 (G. Collinet), 29/05/1976 (Drouet Eric) - Buffageasse 02/06/1967 (RL), 22/06/1969 (RL) - Hanc 08/06/1947 (RL), 12/06/1948 (RL), 12/06/1949 (RL), 14/06/1964 (RL), 23/06/1965 (RL), 08/10/1967 (RL) - Le Vert 27/06/1977 (Eric Drouet), 04/07/1977 (Eric Drouet). Dans une note parue dans le fascicule 7, tome VI, d’Alexanor, j’ai présenté la forme niobe eris (centre-ouest) que l’on trouve dans la vallée de l’Osme (sud des Deux-Sèvres, nord de la Charente et de la Charente-Maritime). Très localisé, abondant sur ses places, je l’ai rencontré à quelques kilomètres de la Forêt de Chizé, mais jamais dans cette forêt. Les coupes faites dans celle-ci sont très favorables à la croissance des violettes, plantes nourricières de sa chenille, ce qui devrait permettre une extension rapide (RL 1983).

II. Villiers en Bois 25/07/1987 (CL).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Fabricianna niobe (Linnaeus, 1758)
Callimorpha dominula (Linnaeus, 1758)
Ecaille marbrée, Ecaille rouge

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de juin à juillet. Chenille sur lonicera, lamium, myosotis, cynoglossum, rubus idaeus, symphytum officinale (à Auzay). Elle est visible en mai.

Deux-Sèvres : 1 exemplaire à Niort : 30/06/1904 (Gelin).

Charente-Maritime : Royan (B. et S.) ; forêt de la Coubre, en juin 1908 (Braun).


Etat des connaissances en 1932 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Supplément 1932 au Catalogue des Lépidoptères de l’ouest Atlantique :

Deux-Sèvres : Amuré, 27/06/1929, 30/06/1930 (G.Durand et Lucas).


Etat des connaissances en 1983 - Levesque Robert - Supplément au Catalogue des Lépidoptères de l’ouest Atlantique :

Variété lusitanica Staudinger (Ballon fluorescent) : avec la forme typique, qui est très commune par places dnas les marais de la Sèvre-Niortaise (79) et de l’Osme (16).


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

L’Ecaille marbrée, l’Ecaille lustrée. Eurasiatique. Toute l’Europe sauf l’extrême nord. En France, répandu presque partout jusqu’à 1500 m d’altitude. Fréquente les milieux plutôt humides et boisés. Activité diurne et nocturne. Cette espèce abondait du temps de Robert Levesque dans le marais Poitevin, elle semble devenue bien rare désormais (AG). Espèce univoltine en VI-VIII. Chenille en particulier sur Urtica urens.

I. Amuré 27/06/1929 (G. Durand et DL), 30/06/1930 (G. Durand et DL) - Niort 1 ex. 30/06/1904 (HG). Variété lusitanica Staudinger (Ballon fluorescent) : avec la forme typique, qui est très commune par places dans les marais de la Sèvre niortaise (79) (RL 1983).

II. La Crèche 03/07/1971 (NT) - Le Bourdet 21/06/1961 (MG), 06/07/1968 (NT) - Le Vanneau-Irleau 06/07/1971 (MG) - Mauzé-Thouarsais 02/06/1998 (CL) - Niort 16/06/1984 (NT) - Prin-Deyrançon 21/06/1980 (NT) - Saint-Georges de Rex 24/06/1971 (NT), 04/07/1972 (NT), 08/07/1972 (NT), 19/06/1982 (NT), 10/06/1983 (NT) - Sainte-Blandine 24/05/1967 (NT) - Villiers en Bois 29/06/1971 (NT), 01/07/2010 (AG).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Callimorpha dominula (Linnaeus, 1758)
Coenonympha oedippus (Fabricius, 1787)
Oedippe, Fadet de laîches

Etat des connaissances en 1912 - Catalogue des Lépidoptères de l’Ouest Atlantique par Henri Gelin et Daniel Lucas :

L’imago est visible du 15 juin au 15 juillet ; se pose sur les hautes herbes des prés marécageux. Chenille sur poa, carex, iris pseudo-acorus, cladium mariscus. Elle est visible en mai. La race d’oedipus abondante dans les marais de la Sèvre Niortaise (Amuré, etc.) donne lieu aux remarques ci-après : - Mâle. Les ailes inférieures sont pourvues en dessous de 5-6 ocelles noirs, cerclés de jaune et pupillés de blanc, dont 4-5 alignés en arc parallèlement au bord externe, et un autre en retrait, près du bord antérieur. Aile supérieure sans ocelle en dessous, ou avec 1-3 ocelles dépourvus de pupille blanche. En dessus, deux ou trois ocelles des ailes inférieures transparaissent, mais sans la pupille blanche, dans un petit nombre de mâles, alors que cette transparence est la règle générale pour les femelles. Quelquefois les 4-5 ocelles alignés sous les ailes inférieures sont accompagnés intérieurement d’une liture jaunâtre ou blanche, étroite et un peu ondulée. - Femelle. Les 5 ocelles alignés sous les ailes inférieures et les 4-5 ocelles des ailes supérieures sont soulignés intérieurement d’un trait blanc, plus large et d’un éclat plus nacré que dans le mâle. Cette ligne devient même une véritable bande, d’une épaisseur égale au diamètre des ocelles dans la variation miris Fabr., comprenant au moins la moitié des femelles récoltées à Amuré, le Bourdet, Prin, etc. - Les ailes inférieures des deux sexes, les ailes supérieures des femelles et de quelques mâles portent, en dessous et au bord externe, un léger liseré argenté, séparé de la frange par une autre ligne d’égale épaisseur, de couleur jaune foncé. Cette dernière ligne peut apparaître également en dessus, ourlant le bord externe des quatre ailes dans quelques rares femelles. - Un exemplaire mâle, dont les ocelles alignés du dessous des ailes inférieures sont privés de pupille blanche, a été capturé à Amuré, le 13/07/1902 ; il appartient à la variation Gelini (Obth.). Un autre mâle, capturé au même lieu et à la même date, porte en dessus des ailes inférieures 4 ocelles très nets, non cerclés de jaune, mais vivement pupillés de blanc. J’en fait une variation Lucasi, en souvenir de mon ami M. Daniel Lucas, qui a souvent exploré avec moi ces marais si riches en plantes et en lépidoptères intéressants (Gelin).

Deux-Sèvres : Du 15 juin au 15 juillet, commun dans les marais à rouches (cladium mariscus, carex, iris, schoenus nigricans) des communes d’Amuré, Le Bourdet, Prin-Deyrançon, Saint-Hilaire La Palud. Nombreux exemplaires avec la ligne blanc d’argent des ailes inférieures très large : variation Miris F. On y trouve aussi v. Gelini et v. Lucasi (Gelin).

Charente : Juin 1908. Marais voisin des Eaux-Claires et forêt de Livernant, près d’Angoulême (Obth.).


Etat des connaissances en 1922 - Supplément 1922 au Catalogue des Lépidoptères de l’Ouest Atlantique par Henri Gelin et Daniel Lucas :

Deux-Sèvres : L’espèce se raréfie dans les marais d’Amuré. Dans une note sur cette espèce, publiée dans le Bull. de la Soc. Ent. de France, 1914 (page 160, planche), j’ai décrit et figuré deux variétés nouvelles : ocellaris, qui laisse transparaître 4 ocelles sur chacune des quatre ailes, et Lucasi, forme dont les ailes postérieures, chez le mâle, portent des ocelles légèrement pupillés de blanc en dessus (Gelin).


Etat des connaissances en 1932 - Supplément 1932 au Catalogue des Lépidoptères de l’Ouest Atlantique par Henri Gelin et Daniel Lucas :

Deux-Sèvres : Deux exemplaires albinisants ont été capturés à Amuré les 07/07/1928 et 29/06/1929 (Lucas).


Etat des connaissances au 31/12/2008 (Atlas des Lépidoptères Rhopalocères du Poitou-Charentes - Poitou-Charentes Nature)

Statut : Annexex II et IV Directive Habitats, protection nationale, déterminance P-C

Etat des connaissances au 31122008 {JPEG}


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

Le Fadet des laîches. Espèce localisée en Europe centrale, en fort déclin, disparue de Bulgarie et de Slovaquie. En France, très localisée, les colonies les plus importantes se trouvent dans le sud-ouest. Fréquente les prairies et landes ouvertes humides, localement sur pelouses mésophiles. Espèce qui semble avoir disparu des Deux-Sèvres autour des années 1970. Espèce univoltine en VI-VIII. Chenille sur Lolium, Carex caryophyllea, Iris pseudacorus.

I. Amuré 07/07/1928 (DL), 29/06/1929 (DL) - Le Bourdet (HG) - Prin-Deyrançon (HG) - Saint-Hilaire la Palud (HG). L’espèce se raréfie dans les marais d’Amuré (HG 1922).

II. Le Bourdet 12/06/1960 (MG), 21/06/1961 (MG), 04/07/1964 (NT).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Coenonympha oedippus (Fabricius, 1787)
Eriogaster catax (Linnaeus, 1758)
Laineuse du prunellier

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible en mai puis de septembre à novembre en deux générations (L’éclosion du printemps n’a pas lieu chaque année). Chenille sur prunus spinosa, pirus, crataegus, betula, quercus, etc. Elle est visible en juillet.

Vienne : Saint-Secondin, près Saint-Julien l’Ars (d’Aldin).

Charente-Maritime : Royan (B. et S.). Rochefort, du 2 au 10/11/1877 (Delav.). Saintes, 05/11/1908 (Gelin).


Etat des connaissances en 1932 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Supplément 1932 au Catalogue des Lépidoptères de l’ouest Atlantique :

Charente-Maritime : forêt de Benon, chenilles nombreuses en 1928 (Lucas).


Etat des connaissances en 1998 - Levesque Robert - Supplément au Catalogue des Lépidoptères de l’ouest Atlantique :

Forêt de Chizé (79), forêt de Benon (17), Vallée du Thouet (79) ; région de Poitiers (86).


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

La Laineuse du prunellier. Répandue dans toute l’Europe. Presque partout en France mais de façon localisée. L’imago est visible en IV-V puis en IX-XI en deux générations. Chenille sur Prunus spinosa, Pirus, Crataegus, Betula, Quercus, en IV puis en VII.

I. Forêt de Chizé - Vallée du Thouet 1998 (RL).

II. Availles-Thouarsais 28/04/2002 (CL) - Massais 25/05/1992 (CL) - Moutiers sous Argenton 13/04/2012 (chenille) (CL) - Villiers en Bois 28/10/2011 (AG).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Eriogaster catax (Linnaeus, 1758)
Eriogaster rimicola (Denis & Schiffermüller, 1775)
Laineuse du chêne

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de septembre à octobre. Chenille sur chênes. Elle est visible en mai.

Deux-Sèvres : 4 chenilles récoltées sur le chêne dans la forêt de Chizé le 07/05/1904 (Gelin), élevées par M. Lucas, ont donné un mâle et une femelle éclos les 20 et 22/10/1904.


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

La Laineuse du chêne, le Bombyx rimicole. Europe centrale. Est, centre et sud de la France. Fréquente les bois et forêts de chênes. L’imago est visible en IX-X. Chenille sur Quercus, en V.

I. 4 chenilles récoltées sur le chêne dans la forêt de Chizé le 07/05/1904 (HG), élevées par M. Lucas, ont donné un mâle et une femelle éclos les 20 et 22/10/1904.

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Eriogaster rimicola (Denis & Schiffermüller, 1775)
Euphydryas aurinia (Rottemburg, 1775)
Damier de la Succise

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de mai à juin puis en août en deux générations. Prés secs, bordure des bois. Chenille sur scabiosa, hieracium, veronica, plantago, teucrium. Elle est visible en mai. La seconde génération paraît ne pas se reproduire partout ni tous les ans. On trouve ça et là des exemplaires presque blanc, et qui paraissent se rattacher à la v. Provincialis B, (signalée d’Eure et Loir par Guenée). Répandu et commun dans toute la région.


Etat des connaissances au 31/12/2008 (Atlas des Lépidoptères Rhopalocères du Poitou-Charentes - Poitou-Charentes Nature)

Statut : annexex II et IV Directive habitats, protection nationale, déterminance P-C (espèce en forte régression, encore bien présente en Double saintongeaise, devenue rare ailleurs).

Etat des connaissances au 31122008 {JPEG}


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

Le Damier de la succise. Espèce localisée dans une grande partie de l’Europe, disparue des Pays-Bas. Un peu partout en France mais d’abondance très variable selon les années. Fréquente les prairies, les pelouses, les landes, les tourbières, les lisières et clairières des bois. Espèce univoltine en IV-VIII selon l’altitude. Chenille sur Plantago, Scabiosa, Succisa.

I. Répandu et commun dans toute la région (G&L 1912).

II. La Mothe Saint-Héray 27/05/1956 (MG), 18/05/1957 (MG), 18/05/1957 (NT), 07/05/1959 (MG), 16/05/1959 (MG), 16/05/1959 (NT), 07/05/1960 (MG) - Villiers en Bois 09/05/1959 (NT).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Euphydryas aurinia (Rottemburg, 1775)
Hyles galii (Rottemburg, 1775)
Sphinx de la garance

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de mai à juin puis de août à octobre en deux générations. Chenille sur galium, epilobium et surtout rubia tinctorum. Elle est visible en septembre. La découverte de l’alizarine artificielle (1869), en ruinant la culture industrielle de la garance (rubia tinctorum) a fait rapidement disparaître cette plante, et, avec elle, Hyles galii. Les quelques captures signalées remontent à une date déjà lointaine, et l’espèce n’existe sans doute plus dans la région. Toutefois, elle a dû être extrêmement répandue autour de certaines garancières. J’en trouve la preuve dans le passage ci-après, emprunté au journal Les Affiches du Poitou du 8 juin 1780 : "M. Ingault, directeur de la garancière de Saint-Gilles Croix de Vie (85) adresse un appel à ceux qui pourraient lui fournir les moyens de débarasser cette garancière des chenilles qui l’envahissent. Ces chenilles ont varié de couleur en grossissant ; elles sont maintenant de couleur d’ardoise". Cette note, et le court signalement fourni par la dernière phrase, permettent d’attribuer sans aucun doute à l’abondance extrême de Hyles galii les ravages dont souffrit en 1780 la garancière de Saint-Gilles Croix de Vie (Gelin).

Deux-Sèvres : Indiqué par Maillard, (Rhopaloc. des Deux-Sèvres, 1878). J’ai vu dans son cabinet 1 exemplaire capturé aux environs de La Mothe avant 1870 (Gelin).


Situation actuelle - 2011 (Guyonnet Antoine - Levesque Robert) : Espèce qui semble disparue de la région.




lire la suite de l'article : Hyles galii (Rottemburg, 1775)
Lemonia dumi (Linnaeus, 1761)
Brune du pissenlit

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de octobre à novembre. Chenille sur leontodum, lactuca sativa, hieracum pilosella, taraxacum. Elle est visible en juin.

Deux-Sèvres : Niort, 16/10/1907, 20/10/1906, 22/10/1904, 22/10/1907, 25/10/1908, 26/10/1906, 27/10/1903, 29/10/1907, 4 exemplaires (Gelin). Saint-Symphorien, mâle et femelle accouplés 17/10/1903 (Sauvaget) ; Niort, 30/10/1909 (Lacroix).

Charente-Maritime : Saintes, 15/11/1907, 7 exemplaires (Gelin).


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

La Brune du pissenlit, le Bombyx des buissons. Eurasiatique. En France, presque partout, sauf en Corse. Espèce univoltine en IX-XI. Chenille sur Leontodon, Lactuca sativa, Hieracium pilosella, Taraxacum, en VI.

I. Hanc 1983 (RL) - Niort 27/10/1903 (HG), 22/10/1904 (HG), 20/10/1906 (HG), 26/10/1906 (HG), 16/10/1907 (HG), 22/10/1907 (HG), 4 ex. 29/10/1907 (HG), 25/10/1908 (HG) 30/10/1909 (Lacroix) - Saint-Symphorien, mâle et femelle accouplés 17/10/1903 (Sauvaget).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Lemonia dumi (Linnaeus, 1761)
Lopinga achine (Scopoli, 1763)
Bacchante

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de juin à juillet. Bois frais, lieux ombragés ; suce les plaies des arbres cariés. Chenille sur lolium, poa, triticum, carex. Elle est visible de avril à mai. N’est signalé qu’entre la Loire et la Charente. C’est le plus beau de nos satyres, celui chez qui l’ocellation antémarginale est le plus développée. Nos exemplaires offrent 6 ocelles en dessous et en dessus des ailes supérieures, 3-4 en dessus des ailes inférieures et 5-6 en dessous ; ces ocelles sont pupillés de blanc en dessous seulement, et celui de l’angle anal est bipupillé.

Deux-Sèvres : Bois du Fouilloux près de la Mothe, forêt de l’Hermitain. 1 exemplaire à Niort (Gelin).

Vienne : Charroux (Obth.).


Etat des connaissances en 1922 - Supplément 1922 au Catalogue des Lépidoptères de l’Ouest Atlantique par Henri Gelin et Daniel Lucas :

Charente-Maritime : Saint-Martin de la Coudre, commun le 06/06/1917 (Gelin et Lacroix).


Etat des connaissances en 1983 - Complément 1983 au Catalogue des Lépidoptères de l’Ouest Atlantique (1912-1922) d’Henri Gelin et Daniel Lucas, par Robert Levesque :

Charente-Maritime : Assez commun dans plusieurs bois ou forêts du nord-est de la Charente-Maritime (forêt de Benon et bois environnants en particulier).


Etat des connaissances au 31/12/2008 (Atlas des Lépidoptères Rhopalocères du Poitou-Charentes - Poitou-Charentes Nature)

Statut : annexe IV Directive habitats.

Protection nationale, déterminance P-C.

Etat des connaissances au 31122008 {JPEG}


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

La Bacchante. Localisée en Europe centrale, éteinte en Belgique, au Luxembourg et en Bulgarie. En France, populations isolées dans le sud-ouest, très raréfiée sauf dans l’est. Fréquente les clairières et lisières des bois et forêts. Espèce univoltine en VI-VII. Chenille sur Agropyron repens, Lolium.

I. La Mothe Saint-Heray (HG) - Niort (HG) - Villiers en Bois 1994-2003 (RL).

II. Chizé 04/06/2012 (Montenot Jean-Pierre) - Villiers en Bois 13/06/1959 (MG), 17/06/1959 (MG), 21/06/1970 (NT), 11/06/1976 (NT), 13/06/1981 (NT), 14/06/1981 (NT), 23/06/1983 (NT), 24/05/2011 (Conort Fabrice), 29/05/2011 (Chaigne Adrien).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Lopinga achine (Scopoli, 1763)
Thersamolycaena dispar (Haworth, 1802)
Cuivré des Marais

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de juin à juillet. Prairies humides. Chenille sur Iris pseudo-acorus, rumex, hydrolapathum, polugonum. Elle est visible en mai. Espèce signalée seulement de la Gironde. Le Dr Seirz (Lépid. du globe, 1911) rattache la forme girondine à rutilus (Wernb., et dit que "la forme printanière de rutilus (vernalis Hormuz) se rapproche assez du dispar éteint d’Angleterre dans plusieurs localités, par exemple près de Bordeaux, tandis que la forme d’été est bien plus petite." (T. I, p. 284).


Etat des connaissances en 1983 - Complément 1983 au Catalogue des Lépidoptères de l’Ouest Atlantique par Robert Levesque :

Signalé par M. Plantrou et M. Legras ; je n’ai rencontré cette espèce qu’en 1959 (2ème génération) après avoir d’ailleurs douté de son existence pendant plus de 10 ans.

J’ai noté une importante troisième génération en 1969, et une troisième génération peu importante en 1971 aux bords de Niort (aperçu 4 exemplaires seulement de la prairie de Galuchet).

La première génération est parfois de très grande taille (plus de 40 mm d’envergure) et se rapproche très sérieusement, par le bleu du dessous des ailes, de la forme batava Oberthür.


Etat des connaissances au 31/12/2008 (Atlas des Lépidoptères Rhopalocères du Poitou-Charentes - Poitou-Charentes Nature)

Statut : AnnexesII et IV de la Directive Habitats, protection nationale, déterminance P-C (espèce en régression, présente en 16, 17 et 79).

Etat des connaissances au 31122008 {JPEG}


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

Le Cuivré des marais. Espèce localisée en Europe centrale, disparue en Angleterre. Restreint aux régions humides, marécages, abords des fossés de drainage et des rivières lentes. Envergure : 3,5 - 5 cm. Période de vol : V-IX, en deux générations dans le sud, une génération dans le nord. Recolonise actuellement les espaces perdus. Chenille sur Iris pseudacorus, Rumex, Polygonum.

I. J’ai noté une importante troisième génération en 1969, et une troisième génération peu importante en 1971 aux bords de Niort (aperçu 4 exemplaires seulement de la prairie de Galuchet) (RL 1983).

II. Brioux sur Boutonne 08/08/2009 (Rouillier Philippe) – La Crèche 16/08/2010 (Debordes Laurent) - Magné 01/09/1970 (NT), 04/06/1971 (NT) - Niort 20/09/1946 (MG), 14/09/1947 (MG), 20/09/1947 (MG), 21/09/1947 (MG), 26/08/1992 (AG) - Périgné 09/06/1985 (NT) - Saint-Georges de Rex 06/06/1974 (NT), 10/06/1982 (NT) - Sansais 15/05/1990 (CL) - Verrines sous Celles 06/06/1970 (NT).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Thersamolycaena dispar (Haworth, 1802)
Maculinea alcon (Denis & Schiffermüller, 1775)
Azuré des Marais, Azuré des mouillères

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de juillet à août. Landes, prairies marécageuses, tourbières. Chenille sur gentiana pneumonanthe (fleurs), melilotus, trifolium. Elle est visible en juin. Espèce signalée ça et là dans la région.

Vienne : Prairies marécageuses aux environs de Civray et de Lussac les Châteaux (d’Aldin).

Charente : Vallée marécageuse des Eaux-Claires, près d’Angoulême (Dupuy, Obth.).


Etat des connaissances en 1922 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Supplément 1922 au Catalogue des Lépidoptères de l’ouest Atlantique :

Charente : Environ de Mouthiers, 25/07/1921 (de Beaulieu) ; 27/07/1922 (Lucas et Durand).


Etat des connaissances en 1983 - Levesque Robert - Supplément au Catalogue des Lépidoptères de l’ouest Atlantique :

Deux-Sèvres : Hanc

Charente : Paizay-Naudouin Devait être commun il y a un demi siècle dans la vallée de l’Osme.


Etat des connaissances au 31/12/2008 (Atlas des Lépidoptères Rhopalocères du Poitou-Charentes - Poitou-Charentes Nature)

Etat des connaissances au 31122008 {JPEG}

Statut : protection nationale, déterminance P-C (espèce rare et localisée) Dernière mention pour PCN :

Charente-Maritime : Dompierre sur mer, 1939 (Durand G.)


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

L’Azuré des mouillères. Espèce très localisée en Europe centrale. Partout en France. Fréquente les prairies marécageuses. Strictement liée aux gentianes. Période de vol : VI-VIII. Chenille sur Gentiana.

I. Hanc (RL 1983).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Maculinea alcon (Denis & Schiffermüller, 1775)
Maculinea arion (Linnaeus, 1758)
Azuré du Serpolet

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de juin à septembre. Bois secs, coteaux boisés. Chenille sur Thymus serpillum, origanum. Elle est visible en mai. Répandu dans toute la région, presque partout commun mais localisé. Tantôt les points noirs des ailes sont presques oblitérés, tantôt, en dessus, ils s’allongent en forme de larmes.

Deux-Sèvres : 1 exemplaire mélanien de petite taille, tendant vers la variation obscura, a été pris à Salbart, le 03/08/1909 (Lacroix).

Charente : Aberration unicolor aux environs d’Angoulême (Dupuy).


Etat des connaissances au 31/12/2008 (Atlas des Lépidoptères Rhopalocères du Poitou-Charentes - Poitou-Charentes Nature)

Statut : annexe IV Directive Habitats, protection nationale.

Déterminance P-C (encore bien réparti mais en très forte régression à l’échelle régionale).

Etat des connaissances au 31122008 {JPEG}


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

L’Azuré du serpolet. Espèce localisée en Europe, éteint aux Pays-Bas, réintroduit en Angleterre. Fréquente les pelouses, les prairies buissonneuses et les clairières fleuries. Période de vol : V-VIII. Chenille sur Sanguisorba.

I. Répandu et presque commun partout (G&L 1912).

II. Availles-Thouarsais 29/06/2010 (Rolland Ludovic), 08/07/2010 (Rolland Ludovic) – Beauvoir sur Niort 11/07/2011 (Joris Antoine) - Chauray 04/07/1949 (MG) - La Crèche 25/06/1989 (NT), 01/07/1989 (NT) - La Mothe Saint-Héray 08/07/1947 (MG) - Niort 22/06/1970 (NT), 04/07/1970 (NT), 28/07/1970 (NT) - Saint-Maxire 20/08/1972 (NT) - Villiers en Bois 26/06/1948 (MG), 03/07/1948 (MG), 25/06/1950 (MG), 14/07/1955 (MG), 21/06/1970 (NT), 01/07/1971 (NT), 14/07/1971 (NT), 24/06/1978 (NT), 27/07/1994 (CL).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Maculinea arion (Linnaeus, 1758)
Maculinea telejus (Bergsträsser, 1779)
Azuré de la Sanguisorbe

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de juillet à août. Prairies marécageuses. Chenille sur Pimpinella saxifraga, Lotus corniculatus et surtout Sanguisorba officinalis, feuilles et fleurs. Elle est visible en juin. Espèce signalée dans deux départements de la région. Dans les exemplaires provenant des marais de la sèvre, les lignes arquées de points noirs en comprennent de 0 à 3 plus ou moins allongés, sur le disque des ailes inférieures. En dessous, les petits points noirs figurant les ocelles submarginaux des 4 ailes sont presque complètement effacés, et remplacés ou entourés par des taches blanches cunéiformes, dont la pointe est dirigée vers la base de l’aile. Dans les femelles, ces taches blanches ressortent eb dessus, appuyées sur la marge noire formant bordure : c’est l’aberration albocuneata Spuler (Gelin).

Deux-Sèvres : Assez commun mais localisé dans quelques prés des marais de la Sèvre : Le Bourdet, 30/07/1905 ; 01/08/1908 ; Prin-Deyrançon, 24/07/1904 (Gelin).

Charente : Vallée des Eaux-Claires, près d’Angoulême, ou il vole en compagnie d’alcon (Dupuy, Obth.). Ce dernier a donné le nom de sanguisorbe à un exemplaire aberrant, pris aux Eaux-Claires le 26/07/1908, et dans lequel les taches ordinaires sont éteintes et le disque des ailes recouvert d’une pulvérence bleue très légère. Environs de Ruffec (d’Aldin).


Etat des connaissances en 1922 - Supplément 1922 au Catalogue des Lépidoptères de l’Ouest Atlantique par Henri Gelin et Daniel Lucas :

Deux-Sèvres : Je n’ai pas retrouvé l’espèce à Prin-Deyrançon et au Bourdet depuis 1908 (Gelin).

Charente : Mouthiers sur Boême, commun le 27 28/07/1921 (Lucas et Durand).


Etat des connaissances en 1983 - Complément 1983 au Catalogue des Lépidoptères de l’Ouest Atlantique (1912-1922) d’Henri Gelin et Daniel Lucas, par Robert Levesque :

Deux-Sèvres : Hanc, dans le sud des Deux-Sèvres.

Charente : Vallée de l’Osme, canton de Villefagnan.

Paraît avoir disparu dans le Marais Poitevin, ou je le regardais voler encore en 1965 avec oedippus et dispar.


Etat des connaissances au 31/12/2008 (Atlas des Lépidoptères Rhopalocères du Poitou-Charentes - Poitou-Charentes Nature)

Statut : annexes II et IV de la Directive habitats, protection nationale.

Déterminance P-C (espèce très rare et localisée, en forte régression.

Dernières mentions : Tourbière de Prin-Deyrançon : Robert Levesque en 1959/1961. Sansais : Robert Levesque en 1960.

Etat des connaissances 31122008 {JPEG}


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

L’Azuré de la sanguisorbe. Espèce très localisée en Europe centrale, éteint en Belgique. En France, est et sud-ouest. Fréquente les prairies marécageuses à sanguisorbes. Période vol : VI-VIII. Chenille sur Sanguisorba officinalis.

I. Hanc (RL 1983) - Le Bourdet 30/07/1905 (HG), 01/08/1908 (HG) - Prin-Deyrançon 24/07/1904 (HG). Je n’ai pas retrouvé l’espèce à Prin et au Bourdet depuis 1908 (HG 1922). Paraît avoir disparu dans le Marais Poitevin, ou je le regardais voler encore en 1965 avec oedippus et dispar (RL 1983).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Maculinea telejus (Bergsträsser, 1779)
Polyommatus bellargus (Rottemburg, 1775)
Azuré bleu céleste, Bel argus

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de mai à juin puis de juillet à septembre en deux générations. Coteaux et champs herbus des terrains calcaires. Chenille sur trifolium, sarothamnus, hippocredis, genista, coronilla, etc. Elle est visible en avril puis en juillet. Espèce répandue et commune sur les terrains calcaires de la région. Dans la race de l’ouest, le dessus des ailes du mâle est uniformément d’un bleu céleste très brillant. Les femelles sont de nuance variable : la forme typique est brun noirâtre, avec une bordure de lunules fauves qui, aux ailes supérieures s’estompe et s’atténue de façon à ne montrer qu’une bande maculaire étroite et blanchâtre. Toutes les femelles portent des écailles bleues qui, dans les exemplaires les plus bruns, ne se remarquent guère qu’à la loupe ; mais leur nombre peut augmenter et conduire, par des gradations insensibles, à une forme de l’aberration ceronus Esp. particulière à la région française océanique. Dans cette forme, le brun du disque des ailes a disparu pour faire place à une couleur bleu azuré analogue à celle des mâles, dont on ne les distingue plus que par la bordure d’ocelles noirs intranervuraux, marqués en dedans d’arcs jaune jaune orangé plus ou moins visibles aux ailes supérieures. Ces femelles de bellargus avaient, depuis longtemps attiré l’attention des lépidoptéristes de l’ouest, et Trimoulet dans son Catalogue des lépidoptères (1842) dit que "l’aberration ceronus est remarquable en Gironde par le brillant de sa couleur bleue, qui atteint et même dépasse celui du mâle." Oberthur a donné à cette forme régionale le nom expressif de coelestis (Bul. soc. ent. Fr. 1908, pages 23-26 ; Lépid. comp. pl. XIX (1909) et fasc. IV, p.268). La coloration de coelestis varie d’un bleu à reflet verdâtre, comme dans l’exemplaire provenant d’Angoulême et figuré au n° 67 de la pl. XIX de la Lépid. comp., à un bleu violacé voisin de la teinte d’icarus mâle, mais gardant toujours le reflet nacré caractéristique de l’espèce. Coelestis n’est guère moins abondant que les formes brunes et semi-brunes de bellargus mâle. On trouve ça et là des aberrations radiata, plus ou moins développées. L’aberration cinnides Stgr., qui ne conserve en dessous de chaque aile, que le point central et les points marginaux, a été rencontrée à Milly, en Maine et Loire, par M. Cheux ; à Dompierre, près de La Rochelle par M. Vigé (Exemplaire reprod., pl. IV, 23, de la Feuille des J. nat., 1900, art. Oberthur) ; à Bordeaux par Trimoulet (Catal.). Quelques mâles pris à Auzay (Lucas) et à François (Gelin) portent des points noirs assez nettement indiqués le long du bord externe des ailes inférieures. Ils tendent vers punctifera Obth., qui est d’Espagne et d’Algérie. Le groupe des points placés à la base des ailes supérieures subit, dans bellargus, les variations signalées pour icarus, mais les confluences entre ces points y sont plus marquées et plus fréquentes ; leur absence totale comme dans icarinus est rès rare. Dans un sujet pris à Saint-Séverin (17) le point inférieure de base est relié par un arc noir au dernier des points en ligne médiane de l’aile supérieure (Gelin). Plusieurs hermaphrodites à Auzay et Dompierre (Lucas, Boulé).


Etat des connaissances en 1922 - Supplément 1922 au Catalogue des Lépidoptères de l’Ouest Atlantique par Henri Gelin et Daniel Lucas :

Deux-Sèvres : Dans une note sur Quelques formes de lycènes..., parue dans le Bulletin de la Soc. Ent. de France 1914, pp. 184-187, avec planche, j’ai décrit et figuré la variété coelestis-bicolor, dont j’ai pris, en août 1911 et 1914, plusieurs exemplaires au Fief de François (espaces intranervuraux des ailes postérieures mâles marqués d’une bande noire longitudinale) (Gelin).


Etat des connaissances en 1932 - Supplément 1932 au Catalogue des Lépidoptères de l’Ouest Atlantique par Henri Gelin et Daniel Lucas :

Charente-Maritime : Plusieurs exemplaires capturés à Dompierre sur mer (Lucas).


Etat des connaissances au 31/12/2008 (Atlas des Lépidoptères Rhopalocères du Poitou-Charentes - Poitou-Charentes Nature)

Etat des connaissances au 31122008 {JPEG}


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

L’Argus bleu céleste. Espèce répandue et abondante en Europe centrale et méridionale. En France, largement répandue sauf dans le nord et en Bretagne. Fréquente les pelouses sèches et les landes ouvertes, surtout sur sol calcaire. Espèce bivoltine en IV-X. Chenille sur Coronilla, Trifolium, Genista, Lotus.

I. Répandu et commun (G&L 1912). Fief de François, août 1911 et 1914 (HG).

II. Assais les Jumeaux 23/06/2008 (CL) - Availles-Thouarsais 29/06/2010 (Rolland Ludovic), 08/07/2010 (Rolland Ludovic) - Bressuire 08/07/2011 (Séchet Vanina) - Chauray 12/09/1948 (MG) - Chef-Boutonne 16/06/2005 (CL) - Chenay 31/08/2009 (Orsini Maria) - Chizé 17/06/1989 (NT) - Epannes 27/06/1971 (NT) - Exoudun 15/09/2010 (Wilding Neil) – Genneton 24/07/2010 (Miteu Martine) - La Crèche 15/05/1989 (NT), 01/07/1989 (NT) - Le Chillou 27/07/1994 (CL), 09/05/2004 (CL), 23/06/2008 (CL), 20/06/2009 (CL) - Marnes 05/06/2005 (CL), 12/06/2005 (CL), 25/05/2010 (Rolland Ludovic) - Mauzé-Thouarsais 12/06/1994 (CL), 21/08/2001 (CL), 27/10/2006 (CL) - Missé 01/05/2005 (CL) - Niort 13/09/1948 (MG) 11/08/1955 (MG), 15/05/1960 (MG), 15/05/1960 (NT), 01/06/1970 (NT), 07/09/1970 (NT), 31/08/1972 (NT), 09/09/1972 (NT), 15/05/1975 (NT), 28/05/2005 (AG), 30/04/2010 (Rebeyrol Christian) - Pas de Jeu 28/05/2010 (Miteu Martine) - Rom 31/07/2010 (Minot Jean-Louis) - Saint-Jean de Thouars 08/07/2006 (AG) - Saint-Maxire 06/08/1959 (MG), 16/08/1959 (MG), 20/08/1959 (NT), 26/08/1962 (NT), 14/06/1970 (NT) - Verrines sous Celles 31/05/1970 (NT) - Villiers en Bois 29/08/1947 (MG), 13/09/1948 (MG), 19/09/1948 (MG), 15/08/1955 (MG), 19/08/1955 (MG), 13/05/1956 (MG), 10/06/1956 (MG), 07/09/1957 (MG), 13/09/1958 (MG), 15/06/1968 (NT), 31/05/1970 (NT), 06/06/1982 (NT), 11/06/1984 (NT), 01/07/1994 (CL), 26/04/1998 (CL), 15/08/2002 (NT), 25/09/2009 (AG).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Polyommatus bellargus (Rottemburg, 1775)
Pieris mannii (Mayer, 1851)
Piéride de l’Ibéride

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de avril à juin puis de juillet à septembre en deux générations. Chenille sur Iberis amara, sinapis arvensis, thlaspi perfoliatum. Considérée longtemps comme simple variation de P. rapae, mannii a été érigée au rang d’espèce distincte par le comte Turati. Cette séparation a été confirmée par M. Ch. Oberthur qui a signalé, dans l’ouest de la France (ET. de Lép. comp., fasc. III, 1909, page 127), la présence de mannii en Gironde, en Charente et dans la Vienne. M. Delahaye l’a rencontrée aux environs d’Angers et a consacré à la forme angevine une brochure ayant pour titre La Pieris manni en Maine et Loire, (Angers, décembre 1910). Le papillon se distingue surtout de rapae par sa taille plus faible, par le bord externe de ses ailes plus régulièrement arrondi, la tache apicale noire descendant plus bas le long de la frange, jusqu’au niveau du point discal, auquel ce prolongementse trouve fréquemment relié par suite de l’écriture en noir de l’extrémité des deux nervures qui le bordent. Ce point discal, plus rapproché du bord externe que dans rapae, n’est pas arrondicomme chez cette dernière, mais nettement échancré à l’extérieur. Chez les femelles les macules sont plus longues, plus épaisses, et les pointes de leur partie échancrée se prolongent plus souvent que chez les mâles jusqu’à la marge. Le vol est plus mou que celui de rapae et se rapproche de celui de Leptidea sinapis. D’après M. le comte Turati, la chenille a les verrues noires de la tête très apparentes, ce qui lui donne une coloration plus foncée que chez rapae, et la chrysalide, qui manque toujours des trois raies jaunes de rapae, est de forme plus trapue. Les ailes deux générations de mannii dans la région ouest se succèdent sans interruption. M. Dupuy et M. Delahaye ont capturé des femelles de la seconde génération qui ont, en dessous, les ailes postérieures d’un jaune très vif, exempt du semis d’écailles grisesqu’on trouve dans la plupart des rapae écloses en automne ; et M. Delahaye fils a pris en juillet 1911 une femelle de mannii (2ème génération) aussi fortement nuancée de jaunâtre que les rapae les plus jaunes. Commun dans la région

Deux-Sèvres : Bordure sud de la forêt de Chizé, sur la limite commune du 79 et du 17 (Gelin). Une dizaine d’exemplaires pris en 1912, aux abords de la forêt de Chizé, à Séchebec le 3 mai (Gelin) et à Rimbault le 8 mai (Lucas). Les individus des Deux-Sèvres se rattachent à la forme manni andegava Delahaye, avec les macules noires généralement sablées de cendré, n’atteignant jamais la teinte jaune des exemplaires du midi.

Vienne : Charroux (Obth.).

Charente-Maritime : Saint-Séverin (Gelin).

Charente : Angoulême (Dupuy).


Supplément 1922 du Catalogue des Lépidoptères de l’Ouest Atlantique (Gelin Henri et Lucas Daniel) :

Deux-Sèvres : Niort , 10/05/1920, 10/06/1922, 24/07/1922 (femelle très défraîchie), 21/08/1920 ; Le Fief de François, 12/08/1918, 18-31/08/1917, 10-19/09/1917 (Gelin). - (v. H. Gelin Formes Françaises de Pieris manni, in Annales de la Soc. Ent. de France 1919, avec planche).

Charente-Maritime : Taillebourg, 1 ex. 08/1913 (Leps) ; Dompierre sur mer, 15/08/1921 (Lucas).


Etat des connaissances au 31/12/2008 (Atlas des Lépidoptères Rhopalocères du Poitou-Charentes - Poitou-Charentes Nature)

Etat des connaissances au 31122008 {JPEG}

Statut : Espèce déterminante P-C (espèce en voie de disparition, non retrouvée récemment)


Situation actuelle - 2009 (Guyonnet Antoine - Levesque Robert) :

Espèce considérée disparue de la région par Robert Levesque. Disparition due aux herbicides et pesticides. De nouvelles observations montrent qu’elle reste présente dans la région mais elle est très rare.


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

La Piéride de l’Ibéride. Sud de l’Europe. En France, pourtour méditerranéen, localisée ailleurs. L’imago est visible en IV-X, en deux générations. « Le papillon se distingue surtout de rapae par sa taille plus faible, par le bord externe de ses ailes plus régulièrement arrondi, la tache apicale noire descendant plus bas le long de la frange, jusqu’au niveau du point discal, auquel ce prolongement se trouve fréquemment relié par suite de l’écriture en noir de l’extrémité des deux nervures qui le bordent. Ce point discal, plus rapproché du bord externe que rapae, n’est pas arrondi comme chez cette dernière, mais nettement échancré à l’extérieur. Chez les femelles les macules sont plus longues, plus épaisses, et les pointes de leur partie échancrée se prolongent plus souvent que chez les mâles jusqu’à la marge. Le vol est plus mou que celui de rapae et se rapproche de celui de Leptidea sinapis. D’après M. le comte Turati, la chenille a les verrues noires de la tête très apparentes, ce qui lui donne une coloration plus foncée que chez rapae, et la chrysalide, qui manque toujours des trois raies jaunes de rapae, est de forme plus trapue (Gelin) ». Chenille sur Iberis amara, Sinapis arvensis, Thlaspi perfoliatum.

I. Bordure sud de la forêt de Chizé, sur la limite commune du 79 et du 17 (HG). Une dizaine d’exemplaires pris en 1912, aux abords de la forêt de Chizé, à Séchebec le 3 mai (HG) et à Rimbault le 8 mai (DL). ) - Le Fief de François 12/08/1918 (HG), 18-31/08/1917 (HG), 10-19/09/1917 (HG) - Niort 10/05/1920 (HG), 21/08/1920 (HG), 10/06/1922 (HG), 24/07/1922 (femelle très défraîchie) (HG).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Pieris mannii (Mayer, 1851)
Polyommatus escheri (Hübner, 1823)
Azuré du Plantain

Etat des connaissances en 1912 - Catalogue des Lépidoptères de l’Ouest Atlantique par Henri Gelin et Daniel Lucas :

L’imago est visible en juin. Pelouses sèches. Chenille sur astragalus monspessulanus, plantago. Elle est visible en mai. Cette espèce qui, dans les Pyrénées, habite les prairies des pentes schisteuses et granitiques, n’a été signalée, pour l’ouest atlantique, qu’en Charente-Maritime, à Dompierre sur mer (17), dans un terrain calcaire placé en face de la gare de cette localité. Ce terrain, d’une surface assez restreinte, est formé de calcaires et de marnes du jurassique supérieur (étage séquanien), provenant des déblais de creusement du canal de La Rochelle à Marans. La plante de prédilection de sa chenille, l’astragale ou réglisse de Montpellier, croît non seulement à Dompierre, mais ça et là, sur les calcaires marneux, très secs de l’été, de l’Aunis, de la Saintonge et du Poitou ; cependant nos recherches pour rencontrer escheri en d’autres points sont jusqu’ici demeurées infructueuses. Escheri peut-être confondu avec les exemplaires de bellargus et d’icarus privés des deux points de la base des ailes antérieures. Il s’en distingue par les franges. Celles-ci, dans bellargus, sont entrecoupées, au prolongement des nervures, par des touffes de poils noirs très visibles dans les quatre ailes ; ces touffes ne sont sensibles, dans escheri, qu’aux ailes postérieures ; et elles n’existent nulle part dans icarus-icarinus. La frange d’escheri femelle est foncièrement grise, sauf à l’apex des ailes antérieures ou elle est généralement d’un blanc pur. De plus, sous les ailes postérieures d’icarinus, les points noirs cerclés de blanc qui correspondent à cinq des arcs ponceau de l’espace marginal forment une ligne sensiblement droute, dont le prolongement coupe le sixième arc fauve ; alors que, dans escheri, la même ligne est plus sinueuse et se dirige vers le septième arc fauve, ou même vers le milieu du bord costal (Gelin). - Dompierre, 13 exemplaires trouvés en juin 1907 et du 5 au 12 juin 1909 (Boulé) ; nombreux exemplaires les 3 et 11/06/1911 (Lucas) ; 10 exemplaires le 29/06/1911 (Gelin). - Deux des exemplaires mâles capturés le 11/06/1911 sont d’un bleu céleste ; ils peuvent être dénommés coelestis (Lucas). M, Oberthur a constaté que la forme d’escheri capturée à Dompierre diffère des autres races françaises par le dessous du mâle "gris foncé, presque brun", le dessus de la femelle d’un brun chaud, avec le dessous "d’un gris un peu plus brun que le mâle". Il a appelé cette forme var. Helenae.


Etat des connaissances en 1922 - Supplément 1922 au Catalogue des Lépidoptères de l’Ouest Atlantique par Henri Gelin et Daniel Lucas :

Charente-Maritime : Aytré, 07/1919 (Le Cerf).


Etat des connaissances en 1983 - Complément 1983 au Catalogue des Lépidoptères de l’Ouest Atlantique (1912-1922) d’Henri Gelin et Daniel Lucas, par Robert Levesque :

Deux-Sèvres : Hanc dans le sud Deux-Sèvres et M. Drouet l’a trouvée, dans le nord du département, à Airvault.

J’en possédais cinq exemplaires dans une collection parmi les bellargus, mais je n’ai au confirmation de l’espèce que l’an passé, grâce à la ténacité et à l’amabilité de M. Bernardi.


Etat des connaissances au 31/12/2008 (Atlas des Lépidoptères Rhopalocères du Poitou-Charentes - Poitou-Charentes Nature)

Statut : déterminance P-C (espèce rare et localisée, connue des Deux-Sèvres, dans la région de Hanc et Airvault, à rechercher).

Etat des connaissances au 31122008 {JPEG}


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

L’Azuré du plantain. Espèce localisée dans le sud de l’Europe. France : région méditerranéenne, Pyrénées, Quercy, Charentes et Alpes du sud. Fréquente les pelouses sèches, les landes ouvertes et les bois clairs. Période de vol : V-VIII. Chenille sur Astragalus, Plantago.

I. Airvault (Drouet) - Hanc (RL 1983).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Polyommatus escheri (Hübner, 1823)
Proserpinus proserpina (Pallas, 1772)
Sphinx de l’épilobe

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de mai à juin. Chenille sur Epilobium, oenothera biennis, lythrum salicaria. Elle est visible en août. Espèce rare, capturée en un petit nombre de localités dans la région. Charente-Maritime : Royan (S. et B.). Charente : Angoulême ville (Dupuy).


Supplément 1922 du Catalogue des Lépidoptères de l’Ouest Atlantique (Gelin Henri et Lucas Daniel) :

Deux-Sèvres : Niort, 3 chenilles sur fuchsia, chrysalide le 18/08/1922 (Gelin).


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

Le Sphinx de l’épilobe. Méditerranéenne. Europe du sud. Toute la France. L’imago est visible en IV-VI. D’après Marc Le Flohic (La Virgule N°2 – Janvier 2011 – DSNE) : « En Deux-Sèvres, l’éclosion intervient principalement à la fin mai et le papillon est généralement observé jusqu’en juin. Inactif et invisible de jour, il concentre son activité au crépuscule et pour cette raison vient difficilement à la lampe. Début juillet, il s’accouple puis disparaît rapidement (Com. perso. de Robert Levesque). Exceptionnellement, il peut y avoir une seconde génération et des éclosions au mois d’août. D’autre part, les chenilles doivent être recherchées à partir de fin juin et jusqu’à fin juillet. La chrysalidation intervient avant août dans la terre souvent au pied de la plante hôte et les papillons écloront au printemps suivant. Les chenilles se nourrissent uniquement la nuit. Le jour, elles se cachent au pied de leur plante nourricière sauf en fin de croissance où on peut les trouver dessus. Elles adorent les fuschias (Robert Lévesque) mais utilisent aussi les épilobes, les onagres, la salicaire (Gelin et Lucas). En Gâtine, l’espèce est régulièrement observée sur un petit épilobe très courant, l’épilobe à quatre angles (Epilobium tetragonum subsp. Lamy). Au delà de la pression d’observation, les mentions récentes de l’espèce dans le département sont en augmentation mais elles ne nous permettent pas réellement de faire un rapprochement entre la distribution actuelle de l’espèce et une éventuelle augmentation de ses populations. Pour cela, il conviendrait d’adapter la méthode de prospection à la biologie de l’espèce. » Chenille sur Epilobium, Oenothera biennis, Lythrum salicaria, en VII-VIII.

I. Espèce rare (G&L 1912). Niort, 3 chenilles sur fuchsia, chrysalide le 18/08/1922 (HG) - Argenton les Vallées 1983 (RL) – Le Vanneau-Irleau 1983 (RL).

II. Coulon 28/08/2007 (Morvan Corentin) – Exoudun 13/07/2007 (Wilding Neil) – Fontenille-Saint-Martin d’Entraigues 05/2004 (Wilding Neil) - Fors 02/07/2010 (chenille) (Frair Edouard) – La Crèche 18/05/2011 (Debordes Laurent) - Le Tallud 27/07/2009 (Andrault Pascal) - Massais 20/05/1988 (CL) - Niort 1983 (RL) - Saint-Marc la Lande 05/2006 (Le Flohic Marc - Collober Olivier) - Saint-Maxire 29/07/2007 (Chatelier Sylvie) - Sainte-Blandine 17/05/1997 (NT) – Souvigné 16/07/2008 (Wilding Neil).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Proserpinus proserpina (Pallas, 1772)
Pseudophilotes baton (Bergsträsser, [1779])
Azuré de la Sarriette

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de avril à mai puis de juillet à août en deux générations. Prairies, landes, clairières des bois. Chenille sur thymus, cerastium, melilotus, coronilla. Elle est visible en avril puis en juillet. Répandu presque partout, mais en petit nombre, et très localisé.

Deux-Sèvres : Saivres, bois de Mallet, 23/07/1909, commun le 16/06/1911 ; forêt de Chizé, 09/07/1909 et 23/05/1911 ; marais d’Amuré, 02/06/1901, 12/05/1909 (Gelin) ; bois de la Foye-Monjault, 09/05/1911 (Lucas).

Vienne : Charroux (Obth.).

Charente-Maritime : Assez commun à Dompierre (Vigé).

Charente : Angoulême (Dupuy).


Etat des connaissances au 31/12/2008 (Atlas des Lépidoptères Rhopalocères du Poitou-Charentes - Poitou-Charentes Nature)

Statut : Déterminance P-C

Dernières mentions : Niort (79) 1940-1941 - Levesque Robert. Hanc (79) 1967-1979 - Levesque Robert. Niort (79) 1968-1970-1971 - Cloux ; Galluchet/La Plante (79) - Rouillier, Wilding. Dompierre (17) - 1919-1955 - Durand G. 1954-1960 - Duguy R.

Etat des connaissances au 31122008 {JPEG}


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

L’Azuré du thym. Europe centrale et du sud. Espèce répandue dans toute la France mais plus commune dans le Midi, rare dans le centre et dans l’est. Localisée aux pelouses et landes sèches. Période de vol : IV-VIII. Chenille sur Thymus, Melilotus, Cerastium, Coronilla.

I. Amuré 02/06/1901 (HG), 12/05/1909 (HG) - La Foye-Monjault 09/05/1911 (DL) - Niort 1940-41 (RL), 1968, 1970, 1971 (Cloux) - Galluchet/La Plante (Rouillier, Wilding) - Hanc 1967-1979 (RL) - Saivres 23/07/1909 (HG), 16/06/1911 (HG) - Villiers en Bois 09/07/1909 (HG), 23/05/1911 (HG).

II. Niort 01/06/1970 (NT), 03/05/1971 (NT) - Saint-Maxire 28/07/1970 (NT), 20/08/1972 (NT) - Villiers en Bois 15/02/1955 (MG), 14/07/1956 (MG).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Pseudophilotes baton (Bergsträsser, [1779])
Rhyparioides metelkana (Lederer, 1861)
Ecaille des Marais

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de juin à juillet. Chenille sur caltha, nymphaea alba, euphorbia palustris, iris pseudo-acorus. Elle est visible en mai. Belle et rare espèce, qui n’a encore été rencontrée en France que dans les marais des environs de Reims en 1886 (Buchillot), et par nous dans les Deux-Sèvres. Signalée du Japon, de la Mandchourie et de la Hongrie.

  • Deux-Sèvres : Du 6 au 15 juillet. 1 ex. marais sud d’Amuré : 08/07/1903 (Lucas) ; 1 ex. marais du Bourdet : 15/07/1906 (Sauvaget) ; 1 ex. à Niort (lampes élect.) : 06/07/1905 (Gelin) ; 1 ex. id. : 09/07/1910 (Lacroix).

Etat des connaissances en 1932 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Supplément 1932 au Catalogue des Lépidoptères de l’ouest Atlantique :

  • Deux-Sèvres : Amuré. Doit se rechercher la nuit à la lanterne ; on trouve souvent des accouplements sur les plantes basses. Quelques exemplaires présentent, chez les femelles, une confluence des taches noires sur le centre des ailes postérieures. L’espèce s’élève avec le Taraxacum (Lucas). De fin juin à juillet.

Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

L’Ecaille des marais. Européenne. Présente par îlots dispersés de la France à la Roumanie. En France, extrêmement localisée de la Marne et des Deux-Sèvres. Fréquente les marais et milieux humides. Malheureusement, cette espèce semble bien avoir totalement disparue des Deux-Sèvres, les marais où elle se trouvait ayant été asséchés (AG). L’imago est visible en VI-VII. Chenille sur Iris pseudacorus.

I. Du 6 au 15 juillet (G&L 1912). Marais sud d’Amuré 1 ex. 08/07/1903 (DL), Amuré 1932 (DL) - Marais du Bourdet 1 ex. 15/07/1906 (Sauvaget) - Niort (lampes élect.) 1 ex. 06/07/1905 (HG) - 1 ex. id. 09/07/1910 (Lacroix).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Rhyparioides metelkana (Lederer, 1861)
Satyrium w-album (Knoch, 1782)
Thécla de l’Orme

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de juin à juillet. Lisières des bois, avenues plantées d’ormes. Chenille sur ulmus, crataegus, tilia, quercus, alnus. Elle est visible en mai. Répandu dans toute la région mais en général localisé et peu abondant.


Etat des connaissances au 31/12/2008 (Atlas des Lépidoptères Rhopalocères du Poitou-Charentes - Poitou-Charentes Nature)

Etat des connaissances au 31122008 {JPEG}

Satut : Déterminance P-C (espèce rare, localisée et en forte régression).


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

Le Thécla de l’Orme. Espèce répandue dans une grande partie de l’Europe, mais généralement peu commune. Fréquente bois et parcs. L’imago est visible en VI-VII. Chenille sur Ulmus, Crataegus, Tilia, Quercus, Alnus, en V.

I. François (HG) - Lezay (Maillard) - La Mothe Saint-Héray (Maillard) - Saint-Maixent (HG) - Thouars (HG).

II. La Mothe Saint-Héray 02/07/1960 (NT) - Niort 06/07/1971 (NT) - Villiers en Bois 02/07/1955 (MG), 09/07/1955 (MG), 15/07/1972 (NT).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Satyrium w-album (Knoch, 1782)
Watsonarctia casta (Esper, 1785)
Ecaille chaste

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de mai à juin (Niort, du 1er au 7 juin). Chenille sur galium verum, asperula cynanchica. Elle est visible en avril. . Oberthur dit (Lép. comp. fasc. V, p. 99) que "l’espèce a été trouvée assez fréquemment aux environs de Digne ; Bellier avait pris un mâle à Vernet les bains ; Harold Powell a capturé 3 mâles en mai 1906, à la Glacière du Pic de Bretagne (Var)". Les 9 exemplaires capturés à Niort au cours de 3 années différentes appartiennent à une même forme, très voisine du type quant aux dessins. Il paraît très improbable que l’aire de dispersion de cette espèce offre une lacune complète entre la Provence, le Languedoc et le Poitou.

  • Deux-Sèvres : Marais d’Amuré : 28/05/1911, 1 ex. (Lucas) ; 9 ex. Niort : 04/06/1905 ; 01, 03, 04, 05, 18/06/1907, 7 ex. ; 07/06/1909. Le fond des quatre ailes est d’un rose très pâle. La bande médiane noire des ailes supérieures forme, en son bord intérieur, un angle aigu rentrant plus ou moins marqué, mais n’est jamais coupée en deux au niveau de cet angle (Gelin).

Etat des connaissances en 1983 - Levesque Robert - Supplément au Catalogue des Lépidoptères de l’ouest Atlantique :

  • Charente : Quelques exemplaires dans la vallée de l’Osme : je prends l’espèce tous les ans du 5 au 30 juin dans un marais planté de Peupliers depuis 15 ans ; les plantes dominantes y sont les Eupatoires et le grand liseron. A l’emplacement de cette peupleraie, il y avait autrefois une cariçaie dont il reste quelques vestiges. L’Osme est un affluent de la Charente, il semble que l’espèce devrait exister plus au sud dans ce département et constituer un maillon entre le Marais poitevin (où il a été trouvé autrefois) et le Sud-Est.

Situation actuelle - 2011 (Guyonnet Antoine) : Espèce rare signalée récemment pour la Vienne par Samuel Ducept.




lire la suite de l'article : Watsonarctia casta (Esper, 1785)
Arethusana arethusa (Denis & Schiffermüller, 1775)
Mercure

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de juillet à août. Bois secs, coteaux, dunes. Se pose à terre. Chenille dans les sommités desséchées de festuca. Elle est visible en mai. Répandu dans les terrains calcaires de toute la région. La forme dentata Stgr. (ailes postérieures portant en dessous des nervures écrites en blanc sur le fond, et une ligne blanchâtre dentée dans la marge) est, d’après M. Oberthur, la forme spéciale des environs de Bordeaux, Dax, Biarritz et le littoral espagnol.


Etat des connaissances au 31/12/2008 (Atlas des Lépidoptères Rhopalocères du Poitou-Charentes - Poitou-Charentes Nature)

Statut : déterminance P-C (espèce en forte régression, rare et localisée)

Etat des connaissances au 31122008 {JPEG}


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

Le Mercure. Espèce localisée mais abondante dans le sud et le centre de l’Europe, disparue de Belgique, d’Allemagne et de Suisse. En France, répandue un peu partout mais surtout dans le Midi et en Bourgogne, plus rare ailleurs. Fréquente les pelouses sèches et les landes ouvertes. Espèce univoltine en VII-IX. Chenille sur Festuca.

I. Répandu dans les terrains calcaires de toute la région (G&L 1912).

II. Mauzé-Thouarsais 20/07/1997 (CL), 26/08/2001 (CL) - Niort 31/08/1972 (NT) - Saint-Maxire 16/08/1959 (MG).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Arethusana arethusa (Denis & Schiffermüller, 1775)
Euplagia quadripunctaria (Poda, 1761)
Ecaille chinée, Callimorphe

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de juillet à août. Chenille sur epilobium, plantago, rumex, lonicera, Prunus spinosa, genista. Elle est visible en mai. Répandu et commun dans toute la zone océanique, avec l’aberration lutescens Stgr., à ailes postérieures jaunes, et l’aberration saturnia Obth., à ailes postérieures oranges. Ces aberrations sont généralement rares et elles n’ont été rencontrées jusqu’ici que dans un petit nombre de localités.


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

Le Callimorphe, l’Écaille chinée. Partout en France, dans les bordures, allées et chemins forestiers, parcs et jardins, zones urbanisées. Activité diurne. Forme lutescens au nord-ouest de la France. Espèce que l’on trouve facilement dans les jardins du centre ville de Niort (AG). Espèce univoltine en VII-IX. Chenille sur diverses plantes basses dont Urtica.

I. Répandu et commun dans toute la zone océanique (G&L 1912).

II. Adilly 22/07/2011 (AG) - Arçais 06/08/2008 (Quété Jean-François) - Beaussais 09/2007 (Wilding Neil) – Bougon 05/08/2009 (Fromont Jean-Louis) - Boussais 07/08/1998 (CL) - Chanteloup 01/08/2005 (Bonnet Stéphane), 22/07/2006 (Bonnet Stéphane) - Chizé 30/07/2007 (Montenot Jean-Pierre) - Genneton 13/08/2010 (Miteu Martine) – La Couarde 27/05/2009 (Wilding Neil) - La Crèche 02/08/1971 (NT), 02/08/1971 (NT), 10/08/1971 (NT) - La Mothe Saint-Héray 28/07/1978 (NT) - Magné 22/07/1969 (NT) - Marnes 02/08/2005 (CL) - Mauzé-Thouarsais 13/08/1998 (CL), 22/07/2005 (CL) - Missé 19/07/2010 (Meyer Daniel) - Niort 15/07/1944 (MG), 28/07/1948 (MG), 26/07/1949 (MG), 05/08/1950 (MG), 05/08/1955 (MG), 12/07/1959 (MG), 19/07/1959 (MG), 16/07/1970 (NT), Niort 29/07/1970 (NT), 01/08/1970 (NT), 06/08/1970 (NT), 17/07/1971 (NT), 28/07/1971 (NT), 22/07/1982 (NT), 12/07/1992 (AG), 01/09/1998 (AG), 05/07/2007 (AG), 10/08/2007 (AG), 11/08/2007 (AG), 17/03/2009 (AG), 15/05/2009 (AG), 11/07/2009 (AG), 28/04/2010 (AG), 15/08/2010 (AG) - Rom 24/07/2010 (Minot Jean-Louis), 06/08/2010 (Minot Jean-Louis) - Saint-Georges de Rex 13/07/1989 (NT), 13/07/1989 (NT) - Saint-Jean de Thouars 14/07/1992 (AG), 08/05/2009 (AG), 25/07/2009 (AG), 23/08/2009 (AG) - Sainte-Blandine 10/08/1969 (NT) - Villiers en Bois 08/08/1971 (NT), 19/08/1980 (NT).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Euplagia quadripunctaria (Poda, 1761)
Hipparchia fagi (Scopoli, 1763)
Sylvandre

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible en juillet. Lisière des bois secs, coteaux calcaires. Se pose fréquemment sur le tronc des arbres. Chenille sur holcus, bromus. Elle est visible en mai. Ca et la dans la région, mais jamais commun.


Etat des connaissances au 31/12/2008 (Atlas des Lépidoptères Rhopalocères du Poitou-Charentes - Poitou-Charentes Nature)

Statut : déterminance P-C (espèce rare et localisée, connue de 4 localités en 17, présente dans la région de Thouars en 79 ainsi qu’en 16).

Etat des connaissances au 31122008 {JPEG}


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

Le Sylvandre. Espèce localisée dans le sud et le centre de l’Europe, disparue de Belgique et du Luxembourg. En France, surtout dans le Midi, plus rare au nord. Fréquente les bois et les pelouses sèches buissonneuses. Espèce univoltine en VI-X. Chenille sur graminées.

II. Availles-Thouarsais 29/06/2010 (Rolland Ludovic) - Secondigny 22/08/2004 (Dupin Stéphane) - Villiers en Bois 13/08/1950 (MG).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.


Etat des connaissances en Décembre 2018 - Quatrième complément au Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

VI. Suite à l’erratum paru dans Oreina n° 44, les Identifications anciennes de Hipparchia aclyone sont en fait des Hipparchia fagi (voir le texte qui suit). En conséquence, toutes les citations anciennes doivent être rattachées à Hipparchia fagi : Soit :

I. Mauzé sur le Mignon (HG) - Pamproux (HG) - Saint-Maixent (HG) - Villiers en Bois (HG).

II. Villiers en Bois 14/07/1956 (MG), 21/07/1959 (MG), 05/08/1959 (MG), 13/08/1959 (MG).

Mais également les données de Gelin et Lucas pour la Vienne :

Vienne : Sommières, exclusivement dans les châtaigneraies (d’Aldin). Mignaloux, Saint-Georges les Baillargeaux (Lucas).

Erratum au Nouveau catalogue des lépidoptères des Deux-Sèvres, paru en 2013 Suite à différents échanges avec Philippe Mothiron et Guillaume Baron du Muséum d’Histoire naturelle de La Rochelle, les trois exemplaires déterminés par Marius Guimard comme étant des Hipparchia alcyone (Denis & Schiffermüller, 1775) ont été vérifiés dans la collection de M. Norbert Thibaudeau. L’examen des organes de Jullien montre qu’il s’agit en fait de trois mâles de Hipparchia fagi (Scopoli, 1763). Cette confusion provient également de l’étiquetage H. hermione transformé en alcyone à la saisie. H. hermione étant devenue H. alcyone et H. fagi. Il convient donc de retirer Hipparchia alcyone (Denis & Schiffermüller, 1775) de la liste des lépidoptères des Deux-Sèvres.

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Hipparchia fagi (Scopoli, 1763)
Polyommatus coridon (Poda, 1761)
Argus bleu nacré

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de juillet à septembre. (deux générations dans la zone méditerranéenne). Habite les coteaux secs, se pose sur les fleurs de sedum, d’origan et de serpolet. Chenille sur vicia, coronilla varia, hippocredis, trifolium, lotus. Elle est visible en juin. Répandu et abondant par places, dans la partie calcaire de la région. La variation femelle syngrapha Kef. avec le dessus bleu, bordé de noir marqué de lunules fauves, est presque aussi abondant partout que la forme typique. L’aberration cinnus Hb. avec les ailes inférieures dépourvues d’ocelles en dessous, a été prise par M. Oberthur, à Dompierre près La Rochelle, à Angoulême, et dans la forêt de Chizé (79) ; elle a les espaces internervuraux du dessus rayonnés de brun sur fond gris argenté et réalise ainsi une forme intermédiaire entre la femelle brune de corydon et syngrapha.


Etat des connaissances en 1922 - Supplément 1922 au Catalogue des Lépidoptères de l’Ouest Atlantique par Henri Gelin et Daniel Lucas :

Charente-Maritime : Dompierre sur mer, 07/08/1921, 3 exemplaires dépourvus de taches rouges en dessus, et que je nomme ab. Gelini (Lucas).


Etat des connaissances en 1932 - Supplément 1932 au Catalogue des Lépidoptères de l’Ouest Atlantique par Henri Gelin et Daniel Lucas :

Charente-Maritime : Des exemplaires appartenant à la forme syngrapha, Kef., capturés à Dompierre sur mer, n’ont pas les ocelles des ailes postérieures, en dessous, bordées de rougeâtre. Je nomme cette forme : aberration Olbrensei (Lucas). Un exemplaire remarquable de syngrapha présente sur l’aile postérieure, en dessus, une grande tache noire partant de la partie supérieure et occupant le tiers de la surface environ.


Etat des connaissances au 31/12/2008 (Atlas des Lépidoptères Rhopalocères du Poitou-Charentes - Poitou-Charentes Nature)

Statut : déterminance P-C (espèce rare et localisée)

Etat des connaissances au 31122008 {JPEG}


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

Le Bleu nacré. Espèce répandue et abondante en Europe centrale et méridionale. Partout en France. Fréquente les pelouses sèches, les landes ouvertes, surtout sur sol calcaire. Période de vol : VI-IX. Chenille sur Vicia, Lotus, Coronilla.

I. Répandu et abondant par places (G&L 1912). Bois de Mallet, 23/08/1913 (HG).

II. Assais les Jumeaux 23/06/2008 (CL) - Boussais 27/07/1988 (CL) - Chizé 10/08/1969 (NT), 26/07/1975 (NT) - Niort 09/09/1972 (NT), 27/07/1994 (CL), 28/08/1996 (CL) - Pressigny 29/08/2010 (Debordes Laurent) - Villiers en Bois 29/08/1947 (MG), 09/09/1948 (MG), 19/09/1948 (MG), 11/06/1949 (MG), 31/08/1957 (MG), 09/09/1957 (MG), 09/08/1958 (MG), 05/08/1959 (MG), 08/08/1959 (MG), 26/08/1962 (MG), 15/08/1970 (NT), 08/08/1971 (NT), 26/04/1998 (CL).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Polyommatus coridon (Poda, 1761)
Membre actif du RPAPN : http://www.biodiversite-poitou-charentes.org/