Objets associés au mot-clé : Mattelart Olivier
Articles associés
Merrifieldia sp.
Observation de Mattelart Olivier - Sclaigneaux (Belgique) - 10/08/2009

lire la suite de l'article : Merrifieldia sp.
Macrothylacia rubi (Linnaeus, 1758)
Anneau du diable, Bombyx de la ronce
Les chenilles hivernent et se nymphosent au printemps. En automne, on les rencontre souvent sur les chemins, à la recherche d’un abri. Les mâles volent au soleil, les femelles la nuit en Mai et Juin. (Guide des papillons nocturnes de France)

lire la suite de l'article : Macrothylacia rubi (Linnaeus, 1758)
Phigalia pilosaria (Denis & Schiffermüller, 1775)
Phalène velue
Longueur maximale : 38 mm. Région antérieure du thorax plus étroite que l’abdomen. Corps brun grisâtre ou brun verdâtre, avec des taches rousses et, parfois, des macules noirâtres. Soies issues de petites protubérances coniques. Celles-ci sont plus importantes sur les segments abdominaux 2, 3 et 8. Tête grisâtre ou brun verdâtre. (guide des chenilles d’Europe)

lire la suite de l'article : Phigalia pilosaria (Denis & Schiffermüller, 1775)
Biston betularia (Linnaeus, 1758)
Phalène du bouleau, Phalène poivrée

Adulte : Ailes particulièrement longues et étroites, blanchâtres, les antérieures pourvues le long du bord costal de courtes bandes transversales noires, et mouchetées de nombreuses taches et points noirs. Mâle pourvu d’antennes bipectinées. L’espèce produit assez fréquemment une morphe uniformément noire (f. carbonaria Jordan). Chenille : Atteint 60 mm. Verte, brun verdâtre ou brun foncé, avec un petit tubercule latéral sur chaque flanc du huitième segment. Tête brun clair, cordiforme vue de face. Plantes hôtes : Sur de nombreuses essences feuillus, entre autres sur le Chêne pédonculé (Quercus robur), Le bouleau verruqueux (Betula pendula), L’aulne glutineux (Alnus glutinosa), le Saule marsault (Salix caprea), et le Prunellier (Prunus spinosa). Habitat : Avant tout dans les forêts claires, les bétulaies, et sur les marges des tourbières. Espèce assez commune dans la plupart des régions. Biologie : L’adulte, exclusivement nocturne, vole au cours d’une unique génération annuelle. Les sujets blancs jouissent d’un parfait camouflage, posés sur le tronc des bouleaux. Ceux de la forme noire, en revanche, ne peuvent se dissimuler que sur des écorces sombres. Du fait que la forme carbonaria fut originellement découverte dans les régions industrielles de Grande Bretagne, se développa la théorie du « mélanisme industriel », selon laquelle les individus noirs, apparus par mutation, supplantaient dans les régions noircies par les fumées, leurs congénères blancs, décimés par des prédateurs faute de pouvoir se camoufler. Cette théorie a connu récemment une certaine disgrâce, dans la mesure où de tels individus mélaniques peuvent apparaître chez de nombreuses espèces dans les régions non polluées, voire devenir extrêmement communs, sans que l’on puisse invoquer à ce propos la moindre hypothèse plausible. La chenille se comporte de jour comme l’espèce précédente. La chrysalide repose dans une loge souterraine ; elle hiverne. (Guide nature Nathan. Quel est donc ce papillon ? Heiko Bellmann)

Gros géomètre très caractéristique. On observe assez souvent des formes sombres ou noires qui ne sont plus aujourd’hui la spécialité des zones urbanisées (f. carbonaria). Occupe toute l’Europe. Elle est très fréquente en France, dans les zones boisées de plaine comme d’altitude. Elle apprécie les endroits frais et ombragés. Les chenilles vivent au dépens de divers feuillus, (Salix, Carpinus, Betula, Alnus, Fagus, Sorbus, Prunus Acer, Cornus…). La chrysalide hiverne. Période de vol : IV-VII. Espèce univoltine. (Delachaux et niestlé, Guide des papillons nocturnes de France, coordonné par Roland Robineau)



lire la suite de l'article : Biston betularia (Linnaeus, 1758)
Catocala sponsa (Linnaeus, 1767)
Observation de Mattelart Olivier - Bois de Lauzelle (Belgique) - 13/06/2010

lire la suite de l'article : Catocala sponsa (Linnaeus, 1767)
Clostera anachoreta (Denis & Schiffermüller, 1775)
Anachorète
Saules, Peupliers
Observation de Brigitte Seys - Champoly (62) - 06/09/2012 Observation de Mattelart Olivier - Louvain la neuve (Belgique) - 12/09/2009 Observation de Mr Stéphane Abras - Stavelot en Belgique - 10/10/2005

lire la suite de l'article : Clostera anachoreta (Denis & Schiffermüller, 1775)
Euthrix potatoria (Linnaeus, 1758)
Buveuse
Longueur maximale : 75 mm. Corps gris bleuté dorsalement, noir latéralement. Abondante pilosité d’un roux clair. Sur le dos, une double série longitudinale de petites touffes de soies noires. Mésothorax et huitième segment abdominal dorsalement pourvus d’une grande touffe médiane de poils noirs. Flancs avec une large bande de dessins rouge orangé au-dessus des stigmates et, sous ces derniers, une série de touffes blanches entrecoupées de dessins rougeâtres. Tête noire, marquée de roux. (guide des chenilles d’Europe)

lire la suite de l'article : Euthrix potatoria (Linnaeus, 1758)
Orthosia munda (Denis & Schiffermüller, 1775)
Proprette, Noctuelle lavée
Longueur maximale : 40 mm. Région dorsale essentiellement brun noirâtre, avec une large bande médiane de couleur ocre (cette bande porte généralement une série de dessins sagittés sombres). Une fine ligne médio-dorsale blanchâtre, plus ou moins nette, et deux lignes semblables en position latéro dorsale. Une paire de larges bandes latérales, ocre et tachées de blanc sur les premiers segments abdominaux. Huitième segment abdominal dorsalement pourvu d’une bande transversale noirâtre. Région ventrale gris clair ou gris verdâtre. Capsule céphalique brun rougeâtre avec des points sombres. (guide des chenilles d’Europe)

lire la suite de l'article : Orthosia munda (Denis & Schiffermüller, 1775)
Poecilocampa populi (Linnaeus, 1758)
Observation de Brigitte Seys et Daniel Ingremeau - Ciron (36) - 30/04/2014 Observation de Brigitte Seys - St Amand (59) - 26/05/2013 (élevage : imago obtenu) Observation de Mattelart Olivier - Louvain la neuve (Belgique) - 08/06/2010 Observation de Brigitte Seys - St Amand les eaux (59) - 15/05/2010

lire la suite de l'article : Poecilocampa populi (Linnaeus, 1758)
Ptilodon capucina (Linnaeus, 1758)
Crête de coq
Longueur maximale : 35 mm. Corps vert clair, avec la région dorsale d’un vert bleuté. Le tégument est parfois teinté d’ocre clair ou de rose pourpré. Une paire de bandes latérales blanc jaunâtre, situées au niveau des stigmates. Au contact de chacun de ces derniers, une petite tâche rouge en position postérieure. Sur la partie dorsale du huitième segment abdominal, une paire de protubérances à apex rouge. Pattes rouges. Fausses pattes marquées de rouge. Tête vert clair ou ocre. (guide des chenilles d’Europe)

lire la suite de l'article : Ptilodon capucina (Linnaeus, 1758)
Zygaena filipendulae (Linnaeus, 1758)
Zygène de la filipendule

CHENILLE. Atteint 22 mm de longueur. Jaune, ornée sur chaque segment de deux paires de taches dorsales noires, les taches antérieures, étroites, les postérieures subrectangulaires.

PLANTES HÔTES. Essentiellement le Lotier corniculé, plus rarement le Lotier des marais, mais aussi les Spirées, et dans la région méditerranéenne, les Badasses.

BIOLOGIE. La femelle dépose ses oeufs en petits amas sur les feuilles de divers végétaux, mais pas nécessairement sur celle des plantes hôtes. La nymphose a lieu, comme chez la plupart des autres espèces du genre Zygaena, dans un cocon fusiforme de consistance parcheminée. Celui de la Zygène de la filipendule porte des sillons longitudinaux, et présente en général deux couleurs bien tranchées : jaune ochracé dans sa moitié antérieure, blanchâtre dans sa moitié postérieure. Peu avant l’émergence, la chrysalide, d’un noir brillant, s’extrait elle-même partiellement du cocon, puis libère l’imago. Celui-ci se montre principalement de la fin de juillet à la mi-août, mais la période de vol s’étale en fait de mai jusqu’en septembre.

(Quel est donc ce papillon ? Heiko Bellmann - Nathan)



lire la suite de l'article : Zygaena filipendulae (Linnaeus, 1758)
Alcis repandata (Linnaeus, 1758)
Observation de Brigitte Seys - Sec Marais (59) - 14/07/2013 Observation de Villatte Raymond - Pleaux (15) - 13/07/2011 Observation de Villatte Raymond - Vaulry (87) - 03/07/2011 Observation de Gérard Vogel - Belg Roux - 11/06/2011 (photo Philippe Toussaint) Observation de Vogel Gérard - Stenay (55) - 07/06/2011 Observation de Brigitte Seys - Sec Marais (59) - 04/06/2011 Observation de Brigitte Seys - Marchiennes (59) - 02/07/2010 Observation de Brigitte Seys - Carvin (62) - 23/06/2010 observation de Francoz Philippe - Gruffy (74) - 11/08/2009 Observation de Meistermann Jean-Marc - (...)

lire la suite de l'article : Alcis repandata (Linnaeus, 1758)
Archips podana (Scopoli, 1763)
Tordeuse de l’osier
Observation de Riffé Jacques - Saint-Maurice des Noues (85) - 14/09/2010 Observation de Mme Blanc Josselyne - Savas (07) - 02/09/2010 Observation de Brigitte Seys - Carvin (62) - 20/06/2009 Observation de Mattelart Olivier - Louvain la neuve (Belgique) - 16/06/2009 Observation de M. Porteneuve Jean-Jacques - Brioude (43) - 26/06/2008 - Femelle (sous réserve) Observation de Francoz Philippe - St Georges des Hurtières (73) - 25/06/2008 Observation de Brigitte Seys - Phalempin (59) - 07/06/2008 Observation de M. Bruno Lavoué - St Georges d’Oléron (17) - 29/04/2008 Envergure 20 mm (...)

lire la suite de l'article : Archips podana (Scopoli, 1763)
Cabera pusaria (Linnaeus, 1758)
Cabère virginale, Délicate
Voisine de Cabera exanthemata, mais avec les ailes blanc satiné traversées de stries grises. Presque toute l’Europe, jusqu’en Asie centrale. En France, elle est fréquente. Dans les forêts, les prairies humides, jusqu’à 1600 m d’altitude. L’imago est actif le jour et vient à la lumière. La chenille vit sur les Betula, Salix, Alnus. La chrysalide hiverne. Période de vol : Avril-Mai, Juillet-Août. Espèce bivoltine. (Guide des papillons nocturnes de France)

lire la suite de l'article : Cabera pusaria (Linnaeus, 1758)
Cyclophora linearia (Hübner, 1799)
Observation de West Hazel et Ron - Louvie-Juzon (64) - 30/08/2013 Observation de Brigitte Seys - Arbouse (58) - 03/09/2013 Observation de Brigitte Seys - Vred (59) - 10/08/2013 Observation de Michel Bertrand - Cuise La Motte (60) - 13/05/2013 Observation de Vogel Gérard - Brouennes (55) - 19/05 & 24/06/2010 Observation de Mattelart Olivier - Louvain la neuve Belgique - 07/06/2010 Observation : Commentry (03) - 29/04/2010 Observation de Teulier Emilien - Albias (82) - 09/09/2009 Observation de Le Mao Patrick - La Rougeolais Saint-Pierre-de-Plesguen (35) - 18/08/2009 Observation de (...)

lire la suite de l'article : Cyclophora linearia (Hübner, 1799)
Diurnea fagella (Denis & Schiffermüller, 1775)

Assez abondante, cette espèce forestière infeste divers arbres et arbustes d’ornement (voir ci-dessous). Largement répandue en Europe, elle est également présente en Asie.

DESCRIPTION. Femelle adulte : ailes effilées de 9 à 10 mm de long ; ailes antérieures blanchâtres, plus ou moins nuancées de noir-brunâtre, et parsemées de touffes d’écailles noirâtres et chamois ; ailes postérieures grisâtres à noir-brunâtre ; palpes longs. Mâle adulte : un peu plus grand, de même couleur que la femelle. Chenille : 15 à l8 mm de long ; vert-jaunâtre clair et terne, avec des taches jaunâtres entre les segments. tête brun pâle : Plaque prothoracique de teinte générale jaunâtre, portant une paire de taches latérales brunes ; 3è paire de pattes thoraciques charnues, dépassant nettement de part et d’autre du corps. Chrysalide : 10 mm de long ; brune ; crémaster portant un groupe de soies longues et crochues.

BIOLOGIE. Les papillons apparaissent en mars et en avril. Bien qu’incapable de voler, les femelles sont très actives, et, dérangées, se déplacent très rapidement. Les œufs sont pondus sur divers hôtes. De juin à octobre, les chenilles se développent dans des fourreaux, soit tissés, soit, parfois, dans des feuilles enroulées. En fin de croissance, elles tissent sur le sol, parmi les débris végétaux, un cocon dans lequel elles passent l’hiver.

DÉGÂTS. Les dommages, rarement importants, se limitent généralement à la chute de quelques feuilles. (Ravageurs des végétaux d’ornement : arbres, arbustes, fleurs Par David V. Alford,Marie-France Commeau,Rémi Coutin,Alain Fraval)



lire la suite de l'article : Diurnea fagella (Denis & Schiffermüller, 1775)
Dyseriocrania subpurpurella subpurpurella (Haworth, 1828)
Observation de Mme Blanc Josselyne - "Pet du loup" Echalas (69) - 20/04/2010 Observation de M. Mattelart Olivier - Lauzelle (Belgique) - 17/04/2010 Observation de Stas Roger - Herstal (Belgique) - 15/04/2010

lire la suite de l'article : Dyseriocrania subpurpurella subpurpurella (Haworth, 1828)
Idaea aversata (Linnaeus, 1758)
Impolie, Acidalie détournée
Cette phalène se présente sous deux formes, l’une à bande transversale foncée et l’autre sans, les deux étant aussi communes. On dérange facilement le papillon durant la journée mais sa période normale de vol est la nuit, durant laquelle il est attiré par la lumière. Se rencontre dans les jardins, les friches et les jachères où abondent les plantes basses. Période de vol : Juin à Septembre. (papillons, Larousse, Nature en poche)

lire la suite de l'article : Idaea aversata (Linnaeus, 1758)
Idaea biselata (Hufnagel, 1767)
Truie
Observation de Brigitte Seys - Sec Marais (59) - 13/07/2013 Observation de Francoz Philippe - Cusy (74) - 29/06/2012 Observation de Villatte Raymond - Pleaux (15) - 09/07/2011 Observation de Mme Blanc Josselyne - Ampuis (69) - 01/07/2011 Observation de Brigitte Seys - Sec Marais (59) - 26/06/2011 Observation de Vogel Gérard - Vilosnes (55) - 09/08/2010 Observation de Brigitte Seys - Loos en Gohelle (62) - 06/08/2010 Observation de Brigitte Seys - Phalempin (59) - 09/07/2010 Observation de Mattelart Olivier - Louvain la neuve Belgique - 25/06/2010 Observation de Le Mao Patrick - La (...)

lire la suite de l'article : Idaea biselata (Hufnagel, 1767)
Protodeltote pygarga (Hufnagel, 1766)
Albule
Observation de West Hazel et Ron - Louvie-Juzon (64) - 30/08/2013 Observation de Brigitte Seys - Vred (59) - 08/06/2013 Observation de Villatte Raymond - Pleaux (15) - 13/07/2011 Observation de Mme Blanc Josselyne - Ampuis (69) - 01/07/2011 Observation de Bluem Jean Luc - Burnhaupt-Ht (68) - 05/06/2011 Observation de Villatte Raymond - Thouron (87) - 03/06/2011 Observation de Brigitte Seys - Sec Marais (59) - 21/05/2011 Observation de Mattelart Olivier - Louvain la neuve (Belgique) - 09/07/2010 Observation de Brigitte Seys - Marchiennes (59) - 02/07/2010 Observation de Le Mao (...)

lire la suite de l'article : Protodeltote pygarga (Hufnagel, 1766)
Pseudoips prasinanus (Linnaeus, 1758)
Halias du Hêtre, Halie du Hêtre

Adulte : 3-3,5 cm d’envergure. Ailes antérieures d’un beau vert éclatant, orné de deux ou trois bandes transversales, souvent diffuses, avec la côte rose orangée, de même que les pattes. Ailes postérieures jaunâtres chez le mâle, blanches chez la femelle.

Chenille : Atteint 3,5 cm de longueur. Glabre, vert pâle, avec de nombreux points et deux fines lignes latérales jaunâtres, une bande transversale prothoracique jaune et une courte strie rouge sur le dernier segment. Fausses pattes dotées d’une surface « plantaire » particulièrement développée.

Plantes hôtes : Sur divers arbres et arbustes feuillus, en particulier sur le hêtre commun (Fagus sylvatica), le bouleau verruqueux (Betula pendula), le chêne pédonculé (Quercus robur) et le Châtaigner (Castagna sativa)

Habitat : Dans les forêts de feuillus, avant tout les hêtraies, les chênaies. Espèce largement répandue et assez commune presque partout.

Biologie : Classées à l’origine parmi les tordeuses (Tortricidae), ensuite placées au sein des Noctuelles (Noctuidae), Les Halias (Chloephorinae) ont été récemment transférées parmi les Nolides (Nolidae), elles-même naguère considérées comme une sous-famille, soit des Noctuidae, soit des Arctiidae. L’espèce donne une ou deux générations annuelles ; elle hiverne à l’état larvaire. L’adulte, d’activité crépusculaire et nocturne, se dissimule durant le jour à la face inférieure d’une feuille. L’œuf, fortement aplati, orné de côtelures radiaires, est déposé isolément à la face supérieure des feuilles de la plante hôte. La chenille, de mœurs nocturnes, se nymphose dans un cocon brunâtre, assez résistant, naviculaire, généralement tissé contre une feuille. La chrysalide est teintée de rougeâtre sur la face dorsale.(Guide nature Nathan. Quel est donc ce papillon ? Heiko Bellmann)

Eurasiatique. Répandue de la Scandinavie au Japon et au bassin méditerranéen. Elle est partout en France, mais inconnu en Corse. Les exemplaires de seconde génération de cette espèce sont plus contrastés, plus vivement colorés de jaune, surtout chez le mâle. Elle affectionne les forêts mixtes, les chênaies où elle vole jusqu’à plus de 1000 m d’altitude. La chenille se développe sur divers essences de feuillus : Hêtre, Chênes, Charme, Bouleau, Aulne, Coudrier (Fagus, Quercus, Carpinus, Betula, Alnus, Corylus). Période de vol : V-VII, VIII. Espèce biivoltine. (Delachaux et niestlé, Guide des papillons nocturnes de France, coordonné par Roland Robineau)



lire la suite de l'article : Pseudoips prasinanus (Linnaeus, 1758)
Pterophorus pentadactyla (Linnaeus, 1758)
Ptérophore blanc

Habitat : Dans les endroits herbeux ou broussailleux, dans les milieux humides et sur les terres incultes. En montagne, on ne le rencontre pas au-delà de 1000m.

Vol : De mai à septembre, en deux générations.

Chenille : Vert pâle avec des poils blancs. Se nourrit de divers Liserons. La nymphose s’effectue à nu, sous une feuille. Hiberne à l’état larvaire. La chenille vit depuis l’été jusqu’au mois de mai de l’année suivante.

Répartition : Toute l’Europe sauf l’Espagne.

Observation : L’adulte vole surtout au crépuscule et la nuit. Envergure de 28 à 35 mm.

(site : Papillonner.net)

Adulte : 26-35 mm d’envergure. Blanc de neige, avec les ailes longuement frangées et profondément laciniées, les ailes antérieures en deux lobes, les postérieures en trois.

Chenille : Atteint 12 mm. Vert clair avec une ligne dorsale blanche, ponctuée de jaune. Pilosité longue et blanche, surtout aux deux extrémités, mêlées de soie dorsales brun sombre.

Plantes hôtes : Liserons des champs (Convolvulus arvensis), ainsi que d’autres espèces de liserons. Certains auteurs mentionnent aussi les trèfles.

Habitat : Orées forestières, bords des chemins, bermes des champs et autres endroits abritant les plantes hôtes. Espèce commune presque partout, y compris dans les endroits habités.

Biologie : Au repos, l’adulte tient ses ailes écartées, perpendiculairement à l’axe du corps, les postérieures étant rétractées sous les antérieures. La femelle dépose ses œufs isolément ou par petits groupes sur les feuilles de la plante hôte. Les chenilles néonates commencent par ronger la face inférieure des feuilles, déterminant de petites taches brunâtres à l’avers de celles-ci ; plus tard, elles rongent l’intégralité des feuilles. Quelques chenilles observent une croissance rapide et se nymphosent pour donner en août des adultes de deuxième génération. Mais la plupart n’atteignent l’hiver qu’à mi-taille et ne se nymphosent qu’au printemps suivant. La chrysalide, gracile, vert pâle ou blanc verdâtre, porte une longue pilosité blanche ; elle est généralement fixée sur une feuille.

Espèces ressemblantes : Sur les liserons vit aussi la chenille du Ptérophore du liseron (Emmelina monodactyla, souvent en mélange avec celle du ptérophore blanc. Elle se distingue de sa congénère par la présence d’une large bande dorsale sombre et par sa pilosité beaucoup plus courte. La teinte de l’adulte oscille du gris rougeâtre, par le beige jaunâtre, au brun grisâtre ; les ailes antérieures portent quelques taches sombres. (Guide nature Nathan. Quel est donc ce papillon ? Heiko Bellmann)



lire la suite de l'article : Pterophorus pentadactyla (Linnaeus, 1758)
Spilosoma luteum (Hufnagel, 1766)
Écaille-lièvre
Eurasiatique. Répandue dans presque toute l’Europe, excepté l’extrême Nord, son aire s’étend à l’Est jusqu’au Japon. En France, elle est présente partout, Corse incluse, jusqu’à 2000 m d’altitude. Comme Spilosoma lubricipeda, on trouve S. luteum dans tous les milieux, en ville ou dans les milieux rudéraux. La chenille est polyphage. Période de vol : Mai à Septembre. Espèce univoltine ou bivoltine. (Guide des papillons nocturnes de France - Coordonné par R. Robineau - Delachaux et Niestlé)

lire la suite de l'article : Spilosoma luteum (Hufnagel, 1766)
Viminia rumicis (Linnaeus, 1758)
Noctuelle de la Patience, Cendrée noirâtre
On la rencontre un peu partout en France. Peu exigeante écologiquement, on la rencontre dans divers milieux, principalement mésophiles, y compris jusqu’en zone urbaine. La chenille, polyphage, se nourrit de diverses plantes basses. Période de vol : Mars à Juin, puis Juillet à Septembre. Espèce bivoltine. (Guide des papillons nocturnes de France)

lire la suite de l'article : Viminia rumicis (Linnaeus, 1758)
Amphipyra pyramidea (Linnaeus, 1758)
Pyramide, Noctuelle du noyer
Elle occupe toute la France. Elle est proche de l’habitus de Amphipyra berbera (la Berbère), ce qui est à l’origine de nombreuses confusions et d’erreurs de détermination (à l’état adulte). Elles possèdent également des moeurs similaires. On la rencontre dans divers milieux forestiers, y compris en zone urbaine. La chenille, polyphage, se développe sur diverses essences dont le chêne, le peuplier, le saule, le charme... Période de vol : Juillet à Octobre. Espèce univoltine. (Guide des papillons nocturnes de France - Coordonné par R. Robineau - Delachaux et Niestlé)

lire la suite de l'article : Amphipyra pyramidea (Linnaeus, 1758)
Cosmia trapezina (Linnaeus, 1758)
Trapèze
Répandue dans toute la France. Elle peut localement pulluler certaines années, notamment dans le Nord du pays. En zone méditerranéenne, elle reste assez localisée. Elle affectionne les milieux forestiers, de la ripisylve aux grands massifs et même les parcs urbains. La chenille, polyphage, se nourrit sur divers arbres et arbustes. Période de vol : Juin à Septembre. (Guide des papillons nocturnes de France)

lire la suite de l'article : Cosmia trapezina (Linnaeus, 1758)
Erannis defoliaria (Clerck, 1759)
Hibernie défeuillante
Cette espèce très variable a une couleur qui va du chamois clair à bandes brunes au brun foncé uniforme. Brun clair avec des points noirs sur l’abdomen, la femelle est dépourvue d’ailes ; on la trouve parfois sur les troncs en soirée. Les adultes éclosent en fin d’automne et volent durant les nuits clémentes jusqu’à la fin de l’année. Peuple les bois de feuillus, les haies et les vergers où la chenille peut occasionner des dégâts. Période de vol : Septembre à Décembre. (Nature en poche - Larousse) Longueur maximale : 32 mm. Corps roux ou brun jaunâtres avec, de chaque côté, une ligne longitudinale noirâtre placée au-dessus des stigmates. Sous cette ligne, les flancs sont jaunes ou ocre avec parfois des zones rousses autour des stigmates. Tête échancrée, de couleur brun rougeâtre. (guide des chenilles d’Europe)

lire la suite de l'article : Erannis defoliaria (Clerck, 1759)
Pseudoips prasinanus (Linnaeus, 1758)
Halias du hêtre
Atteint 35 mm de longueur. Glabre, vert pâle, avec de nombreux points et deux fines lignes latérales jaunâtres, une bande transversale prothoracique jaune et une courte strie rouge sur le dernier segment. Fausses pattes dotées d’une surface "plantaire" particulièrement développée.Guide nature "Quel est donc ce papillons ?" Nathan

lire la suite de l'article : Pseudoips prasinanus (Linnaeus, 1758)
Thyatira batis (Linnaeus, 1758)
Batis
Longueur maximale : 35 mm. Thorax renflé avec, sur le dernier segment, une proéminence dorsale dirigée vers l’avant. Incisions intersegmentaires bien visibles en vue dorsale. Corps brun purpurin ou brun rougeâtre clair, avec une rangée de triangles dorsaux plus pâles. Une protubérance dorsale sur chacun des segments abdominaux 2 à 6, ainsi que sur le segment 8. Tête brun clair avec des dessins plus sombres (guide des chenilles d’Europe)

lire la suite de l'article : Thyatira batis (Linnaeus, 1758)
Tyria jacobaeae (Linnaeus, 1758)
Ecaille du séneçon, Goutte-de-sang
Atteint 40mm de longueur. Jaune orangé vif, annelé de noir sur chaque segment. tête noire.

lire la suite de l'article : Tyria jacobaeae (Linnaeus, 1758)
Viminia rumicis (Linnaeus, 1758)
Noctuelle de la Patience, Cendrée noirâtre

Adulte : 30 à 35 mm d’envergure. Comparables à V. euphorbiae, à Subacronicta megacephala et à Arctomyscis (=Acronicta) aceris, mais de teint plus sombre, avec une petite tache blanche en forme de virgule ou de demi-lune à proximité du tornus des ailes antérieures.

Chenille : Atteint 38 mm. Brun-rouge ou brun-gris avec des touffes de poils bruns ou gris, une rangée dorsale de points rouges, deux rangées subdorsales de taches blanches et une ligne substigmatale blanc-jaunâtre, maculée de rouge.

Plantes hôtes : Sur divers végétaux herbacés ou ligneux, entre autres le Saule marsault ( Salix caprea), la Patience sauvage (Rumex obtusifolius), la Ronce frutescente (Rubus fruticosus), l’Euphorbe petit-cyptès (Euphorbia cyparissas), la Bruère commune (Calluna vulgaris), le Plantain lancéolé (Plantago lanceolata), la Centaurée jacée (Centaurea jacea), et le Pissenlit dent de lion (Taraxacum officinale).

Habitat : Dans les milieux les plus divers, de préférence ouverts. Espèce très commune partout.

Biologie : L’espèce donne deux voire trois générations annuelles ; elle hiverne à l’état nymphal. La chenille, qui vit à découvert, se nymphose au sol ou parmi la végétation dans un cocon de consistance parcheminée. (Guide nature Nathan. Quel est donc ce papillon ? Heiko Bellmann)

Eurasiatique. Répandue dans toute l’Europe, on la rencontre un peu partout en France. On la sépare de V. auricoma (la Chevelure dorée) et de V. menyanthidis (la Noctuelle du ményanthe) assez facilement, grâce à la présence d’une virgule blanche à proximité du tornus. Peu exigeante écologiquement, on la rencontre dans divers milieux, principalement mésophiles, y compris jusqu’en zone urbaine. La chenille, polyphage, se nourrit de diverses plantes basses. Période de vol : Mars à Juin, puis Juillet à Septembre. Espèce bivoltine. (Guide des papillons nocturnes de France)



lire la suite de l'article : Viminia rumicis (Linnaeus, 1758)
Eurrhypara hortulata (Linnaeus, 1758)
Pyrale de l’ortie

L’envergure atteint 24 à 30 mm. Les ailes sont noir et blanc alors que la tête et l’abdomen sont jaune et noir Vol : des le crépuscule de juin - aout

La pyrale de l’ortie se reconnaît aisément à ses ailes blanc et noir et à son corps noir et jaune. La chenille de ce « micro » familier vit sur l’ortie, d’où l’on débusque souvent les adultes durant la journée. Le papillon vole surtout en soirée et est attiré par la lumière. Fréquente tous les habitats où croît sa plante-hôte, surtout dans les parties humides des bois, des jardins et des friches. Période de vol : Mai à Août. (Nature en poche - Larousse)



lire la suite de l'article : Eurrhypara hortulata (Linnaeus, 1758)
Hypena proboscidalis (Linnaeus, 1758)
Noctuelle à museau, Hypène proboscidale
Eurasiatique. Présente à travers toute l’Europe et largement répandue en France. C’est une espèce inféodée aux végétaux nitrophiles, qui se rencontre fréquemment en zones urbanisées. À tendance hygrophile, elle fréquente divers milieux tels que les bords de ruisseaux, les clairières et les jardins frais. La chenille consomme des Orties (Urtica)principalement, mais également Lamiers (Lamium), Plantain (Plantago)... Période de vol : IV-X. Espèce bivoltine à trivoltine. (Delachaux et niestlé, Guide des papillons nocturnes de France, coordonné par Roland Robineau)

lire la suite de l'article : Hypena proboscidalis (Linnaeus, 1758)
Thecla betulae (Linnaeus, 1758)
Thécla du bouleau
Le verso de ce papillon orange-brun traversé de fines lignes blanches est son caractère le plus spectaculaire. Le recto du mâle est brun foncé uniforme, mais celui de la femelle présente une tache orange à l’aile antérieure. Les deux sexes possèdent des petites "queues" à l’aile postérieure. Peuple les haies, les fourrés et les lisières où croissent ses plantes-hôtes. Vol : Juillet-Août. (Nature en poche - Larousse)

lire la suite de l'article : Thecla betulae (Linnaeus, 1758)
Membre actif du RPAPN : http://www.biodiversite-poitou-charentes.org/