880. Nymphalidae
Sur le Web
Domaine Vanina : gîtes en Guyane Française à Matoury près de Cayenne
Le Domaine Vanina vous propose de magnifiques gîtes confortables (bungalow et villa) à Matoury en Guyane Française. Le Domaine Vanina est situé dans un jardin typique créole, calme, verdoyant et fleuri, à 5 minutes de Cayenne. Accueil chaleureux de Mr et Mme Jacob. JPEG
Camp Patawa

Pour tous séjours en Guyane à des fins entomologiques ou pour la découverte de la forêt et des marais de Kaw, je vous conseille de vous adresser à Odette Morvan et Jean-Aimé Cerda qui tiennent le Camp Patawa sur la route de Kaw. Leur accueil est formidable et le camp est idéalement placé pour les chasses de nuit. Restauration et coucher sont possibles ainsi que la location de matériel entomologiques. Vous aurez à faire à deux spécialistes, Odette pour ce qui concerne les coléoptères et Jeannot pour les lépidoptères et plus spécialement les Arctiidae. Contact : patawa2@wanadoo.fr

Adresse postale : BP 98 - 97357 Matoury cedex Guyane JPEG

Tikilili
Hebergements dans un superbe jardin tropical au sein de la forêt Guyanaise. Cadre exceptionnel au bord de la rivière des cascades. JPEG
Hétérocères de Guyane Française
Bienvenue sur ce site exclusivement dédié aux Hétérocères (ou papillons "nocturnes" pour la plupart d’entre-eux) de la Guyane Française. JPEG
Arctiidae de Guyane Française
Un site sur les Arctiidae de la Guyane Française. Très intéressant pour identifier les lépidoptères de cette famille si vous avez fait le voyage ou tout simplement pour la beauté de cette famille. JPEG
Catalogue des Lépidoptères des Antilles Françaises
Du même auteur que le site sur les Arctiidae de Guyane : Le catalogue des Lépidoptères des Antilles Françaises. Très utile pour l’identification de nombreux lépidoptères en commun avec l’Amérique du Sud. Ce site permet de découvrir la faune locale. JPEG
Nymphalidae
Papillons de Guyane de la famille des Nymphalidae
La famille des Nymphalidae compte environ 6000 espèces dans le monde. Ces papillons sont cosmopolites. Les pattes antérieures sont d’ordinaire atrophiées chez la femelle. La sous-famille des Satyrinae se distingue par le renflement de nervures aux ailes antérieures. Les Libytheinae possèdent des palpes labiaux fort longs (Leraut).


Satyrinae
Satyrinae La sous-famille des Satyrinae est extrêmement riche en espèces et en individus. Leur principale caractéristique est d'avoir une, deux ou trois nervures renflées à la base de l'aile antérieure. La période d'apparition des Satyrinae est souvent très brève et dure seulement quelques semaines. Les premiers temps, ont rencontre exclusivement des mâles tandis que les femelles sont fréquentes surtout à la fin de la période de vol (protandrie). Les chenilles se nourissent de feuilles de monocotylédones, herbes, bambous et palmiers. Très dissimulées, elles sont parmi les plus difficiles à découvrir, et leur élevage en captivité est souvent impossible. Ces chenilles dites "pisciformes" ont l'abdomen terminé par deux petites pointes rappelant, si l'on veut, une queue de poisson. Les chrysalides, suspendues ou simplement couchées à terre, parfois enterrées, sont immobiles, leur abdomen étant rigide. (Papillons d'Europe - Tome 1 - JF Aubert - Editions Delachaux et Niestlé).

Heliconiinae
La sous-famille des Heliconiinae comprend un peu moins de 70 espèces néo-tropicales. Ces papillons se caractérisent par des ailes étroites, souvent par de longues antennes et par un abdomen mince et allongé. Leur taille, remarquablement uniforme, varie de 60 à 100 mm. Ces espèces sont "protégées" des prédateurs par leurs liquides corporels nauséabonds qui les rendent inconsommables. Les prédateurs sont "prévenus" par des couleurs vives et des dessins particuliers combinant le noir au rouge, à l'orange, au jaune et au bleu de manières diverses. L'étendue des variations qui existent parfois au sein d'une d'une seule espèce en fait un des groupes les plus embarrassants pour le débutant. De plus, la variabilité se complique d'un mimétisme considérable entre espèces du même genre ou de genres appartenant à d'autres familles, les Ithomiidae en particulier. Ces caractéristiques prouvent sans conteste la théorie Müllérienne sur le mimétisme (grande ressemblance physique qui existe entre des espèces différentes, possédant les mêmes propriétés déplaisantes). En général les adultes ont un vol lent et paresseux, comme s'ils avaient conscience de leur "immunité". Ils se réunissent souvent en "dortoirs", suspendus aux arbrisseaux par grappes. Bien souvent, ils retournent chaque nuit au même endroit. La femelle dépose un à un les oeufs en forme de fuseau ou de bouteille. La chenille épineuse se nourrit presque exclusivement de passifloracées. Les chrysalides sont bossues et armées d'épines. Elles pendent, la tête en bas, aux tiges de la plante nutritive. (Encyclopédie des Papillons du Monde entier" - Paul Smart - Editions Bordas).

Limenitinae
Les papillons de cette sous-famille volent de juin à août dabs toutes les forêts d'Europe centrale, méridionale et d'Asie Mineure. Leurs chenilles, très caractéristiques, portent des verrues et des bourrelets épineux qui les font ressembler à des cactus. Elles hibernent dans une feuille sèche dont le pétiole, entouré de soie, reste fixé à la branche durant la mauvaise saison. On les trouve sur le chèvrefeuille. Les chrysalides sont bossues et portent également des bourrelets dorsaux à la base de l'abdomen. (Papillons d'Europe - Tome 1 - JF Aubert - Editions Delachaux et Niestlé)

Nymphalinae
Les papillons de cette grande sous-famille ont les pattes antérieures atrophiées chez les mâles et chez les femelles. Dans chaque tribu, toutes les espèces, et même les formes les plus aberrantes, ont des dessins qui sont en rapports phylétiques très étroits, c'est à dire relèvent d'un schéma fondamental commun (Standfuss et Fischer). Le dessin primitif est formé de bandes, ou de bandes et de taches, qu'on retrouve, plus ou moins modifiées, chez les diverses espèces. De nombreuses Nymphalidae (les vanesses principalement) ont la face inférieure des ailesornée de couleurs protectrices qui leur permettent de se confondre avec les troncs et les écorces. (Papillons d'Europe - Tome 1 - JF Aubert - Editions Delachaux et Niestlé)

Morphinae
La sous-famille des Morphinae compte environ 80 espèces dans le monde. Toutes sont confinées dans la région néo-tropicale et vivent dans la forêt tropicale. Toutes les espèces, qu'elles soient bleues, vert pâle ou brun nuancé ont en commun des chaînes d'ocelles plus ou moins développées sur le revers des ailes (Smart).

Brassolinae
Sous-famille qui comprend environ un peu moins de 80 espèces néo-tropicales, de grande taille pour la plupart car certaines espèces du genre Caligo atteignent 200 mm. En général, la surface supérieure des ailes présente une coloration brun terne plus ou moins rayée de lignes plus claires. Quelsques espèces ont pourtant les ailes colorées de bleu profond ou de pourpre, moins éclatantes que celles des Morphidae mais néanmoins très belles. Les deux sexes se ressemblent beaucoup, excepté en ce qui concerne la taille : celle de la femelle dépasse généralement celle du mâle. La plupart des mâles portent des zones parfumées (androconies) et des pinceaux de poils. La majorité des espèces vivent en forêt et ne volent qu'au crépuscule ou dans certains cas à l'aurore. Certaines espèces géantes du genre Caligo constituent de véritables fléaux pour les bananiers d'Amérique Centrale. Ces papillons font partie des plus grands d'Amérique du Sud. Les oeufs sont sphériques, parfois légèrement aplatis et profondément nervurés. Les chenilles, généralement grégaires, se nourissent de feuilles de palmier, de bananier et autres monocotylédones. Elles portent des rayures longitudinales et parfois de courtes épines ; leur tête est couverte de poils. La chrysalide est suspendue tête en bas, à la plante nourricière. Dans un cas (Brassolis), elle demeure dans le "nid" larvaire. (Encyclopédie des papillons du monde entier - Paul Smart)

Afficher/Masquer toutes les espèces:
Membre actif du RPAPN : http://www.biodiversite-poitou-charentes.org/